Construire l’histoire d’internet

Comme une navigation sans cesse reprise. « Quand on commence à travailler sur les archives du web, ça ne s’arrête plus », suggère l’une des intervenantes de cette journée.

1996 : Brewster Kahle pose les premières pierres d’une bibliothèque d’Alexandrie numérique et se projette effectivement au-delà de lui-même, au-delà de la technologie de l’époque. Internet Archive est née avec une ambition folle : sauvegarder intégralement la Toile. Faire que l’enfant du troisième millénaire puisse voyager dans le temps de l’Internet sans jamais buter sur une erreur « 404 ».

« Il était une fois dans le web » , 23 novembre 2016 – Copyright Emmanuel Nguyen Ngoc/BnF

Les archivistes du web réunis ce 23 novembre à la BnF savent bien, vingt ans plus tard, la démesure de cette ambition. Mais ils savent également ce qu’ils ont gagné en circonscrivant leur objet. Travailler sur des corpus documentés, patiemment constitués, dans l’interdisciplinarité des sciences informatiques et sociales, c’est parvenir à une connaissance raffinée de la Toile, moins le vertige de l’exhaustivité. 

Ce qui s’éclaire, au terme de cette journée, ce sont les choix individuels et institutionnels qui commandent les crawlers, ces robots pêcheurs lancés dans l’immensité du web. C’est aussi la multiplicité des objets qu’ils ramènent dans leurs filets — dont chacun réclame un soin particulier —, les trésors qu’ils recèlent pour la science, et la diversité des métiers impliqués au cours de cette traversée.

À la fin, on tombe (plus ou moins) d’accord sur la nécessité d’œuvrer à plus d’ouverture, d’améliorer l’interopérabilité des différentes technos d’archivage. Et l’on rentre chez soi en pensant à la double signification du mot « émulation », qui résume bien la double exigence, numérique et humaine, du dépôt légal de l’Internet.

Thibault Henneton

 

Le 23 novembre dernier, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel fêtait les vingt ans des archives de l’internet et les 10 ans du dépôt légal du web, dont ils ont la charge partagée. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *