Il était une fois… la genèse et le développement du .FR

Les « 20 ans des archives de l’internet » ont été l’occasion pour l’AFNIC d’évoquer l’histoire du Système des Noms de Domaine et du .FR, nés dans les années 80. Car si le Web est un outil exceptionnel pour diffuser et consulter des contenus, c’est grâce aux noms de domaine que l’on peut facilement identifier ces contenus et y accéder.

L’histoire du .FR a été marquée par deux « époques », la première quand il était géré au sein de l’INRIA, la seconde lorsqu’il fut confié à l’AFNIC. Regards sur la genèse de l’extension nationale française, dont la gouvernance et le développement ont obéi à des choix guidés par le service de l’intérêt général.


The « 20th Anniversary of Web Archiving » gave AFNIC the opportunity to share the history of the Domain Name System and of .FR, both created in the 80’s. The Internet is an unparalleled tool to share and consult contents but it is thanks to domain names that one can easily find and access these contents.

The history of .FR is split into two periods: the beginnings when it was operated by the INRIA and a later period when its management was intrusted to AFNIC. Here is a retrospective on the genesis of the French national top level domain, whose governance and development were always guided by public interest.  


 

Le Système des Noms de Domaine, ou DNS pour Domain Name System, est formellement né le 1er janvier 1985 avec la création de la « racine » et des premières extensions de 1er niveau : ARPA, COM, EDU, GOV, MIL, NET et ORG. Avant cette date, les machines connectées entre elles n’étaient identifiées que par des adresses IP, suites de chiffres peu aisées à manipuler et à retenir par des humains. La nécessité de rendre l’adressage plus convivial et efficient suscita l’idée d’associer des suites de caractères alphanumériques – permettant de composer des mots – aux adresses IP. Les noms de domaine étaient nés.

On parle de « racine » dans la mesure où le DNS est organisé à la manière d’une arborescence inversée : la racine est « en haut », désignée par un point. Viennent ensuite les extensions de 1er niveau : « génériques » comme les COM, NET, ORG, EDU etc., et « géographiques » correspondant à des territoires, comme les FR (France) ou DE (Allemagne). Ces extensions se ramifient à leur tour en « domaines » en fonction des noms de domaine qui y sont déposés. Dans ce système, les extensions sont gérées de manière autonome par leurs délégataires, tout comme les noms de domaine par leurs titulaires. Mais tous sont interdépendants au point de vue technique.

Le nombre d’extensions a connu un fort développement depuis 2014, dans le cadre d’un programme piloté par l’ICANN, qui assume la gestion de la racine depuis 1998. Il en existe aujourd’hui plus de 1500, dont 1 200 extensions « génériques » et 300 extensions « géographiques ».

***

Le .FR a été créé le 2 septembre 1986 suite à une demande faite par l’INRIA à Jon Postel, chercheur à l’Université de Californie qui gérait la « racine » de manière bénévole. Dans un premier temps, l’extension fut uniquement utilisée par les chercheurs de l’INRIA. Puis les usages s’étendirent progressivement à d’autres centres de recherche français. A cette époque, l’INRIA assurait l’administration du réseau Fnet, qui fut le seul support de l’Internet en France jusqu’en 1992.

Cette année-là, devant la montée en puissance des usages et de l’extension .FR, l’INRIA constitua un service ad hoc pour le gérer : le NIC-France, à l’origine financé par les contributions des adhérents de Fnet, puis autofinancé par le .FR (adhésions des opérateurs / bureaux d’enregistrement et créations / renouvellements des noms de domaine).

En 1994, pour accompagner l’apparition sur le marché de nouveaux opérateurs et pour associer les parties prenantes à la gestion du .FR, le NIC France créa un comité de concertation (CC-NIC). Participèrent à la première réunion, outre l’INRIA, Eunet France, InternetWay, Oléane, Renater et Transpac.

La première « charte de nommage » fut élaborée en 1996. Elle mettait l’accent sur le .FR en tant que « zone de confiance », dans un contexte où le droit des noms de domaine était encore balbutiant, notamment en matière de protection des marques. Cette charte présentait des caractéristiques spécifiques :

  • Cohérente avec les pratiques de l’époque : premier arrivé, premier servi… sous réserve d’avoir des droits.
  • Restrictive : afin d’éviter les litiges entre titulaires et ayants droits le principe du « Droit au nom » imposait de pouvoir justifier d’un droit sur le nom de domaine demandé : marque ou enseigne sur un K-bis. Limitation du nombre de noms par titulaire (d’abord 1, puis 5).
  • Territoriale : seuls des titulaires situés en France pouvaient enregistrer des .FR.
  • Arborescente : outre les dépôts en direct sous .FR, la zone .FR était subdivisée en plusieurs sous-extensions présentant chacune des particularités: .asso.fr (associations), .tm.fr (marques), .presse.fr, .prd.fr (R&D), …

Mais ces conditions d’éligibilité impliquaient des procédures assez lourdes et non automatisées : ainsi, tous les justificatifs requis devaient être envoyés à l’AFNIC qui les validait.

En 1997, le développement très soutenu de l’Internet en France créait un afflux croissant de demandes autour du .FR. Les flux financiers gagnaient en importance et l’INRIA décida d’externaliser le NIC-France. Plusieurs scénarios furent évoqués, mais in fine la solution associative fut privilégiée car permettant d’associer les diverses parties prenantes de l’Internet français, aussi bien les pouvoirs publics que les bureaux d’enregistrements et les utilisateurs. L’AFNIC commença ses activités le 1er janvier 1998. On retrouve dans son conseil d’administration le souci de cette gouvernance collégiale du .FR : sur 10 membres, 5 sont nommés par l’État, 2 élus par les bureaux d’enregistrement et 2 élus par les utilisateurs. Le dixième membre est le Président du Collège international de l’AFNIC, qui rassemble des registres en vue de monter des actions de codéveloppement liées à Internet. Le système est complété par des comités de concertation réguliers qui permettent d’échanger avec les membres de l’Association et de les consulter sur les grandes orientations envisagées.

La physionomie du .FR a profondément évolué depuis 1998 : la charte de nommage s’est progressivement assouplie dans la recherche constante d’une meilleure facilité d’enregistrement combinée avec la protection des ayants droits. Trois moments forts émergent de cette période :

  • En mai 2004, l’abandon de la limitation du nombre de noms de domaine par titulaire, et du droit au nom : il n’est plus nécessaire de justifier d’un droit sur un nom de domaine pour le déposer. Ceci, combiné avec les vérifications sur des bases de données accessibles en ligne, permet l’automatisation du processus d’enregistrement. Cette évolution s’accompagne de la mise en place de la procédure PARL de résolution des litiges en partenariat avec l’OMPI (Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle) et le CMAP (Centre de Médiation et d’Arbitrage de Paris).
  • En juin 2006, l’ouverture du .FR aux particuliers et des procédures « PARL » réservées aux particuliers via le Forum des Droits de l’Internet.
  • En décembre 2011, l’ouverture du .FR à tous les titulaires (personnes morales et physiques) domiciliées en Europe. Il n’y a plus de contrôle préalable des demandes d’enregistrement sauf lorsqu’elles portent sur des termes spécifiques (termes soumis à examen préalable).

Le .FR est aujourd’hui entièrement automatisé ; un nom de domaine peut être déposé et activé en quelques minutes, pour une somme souvent très modique (inférieure à 20 euros). Le franchissement du seuil des 3 millions de .FR en novembre 2016 a été une étape symbolique de cette aventure initiée il y a trente ans et qui a accompagné le développement de l’Internet et du Web français.

Loïc Damilaville

Citer cet article : Loic Damilaville, « Il était une fois… la genèse et le développement du .FR », dans Web Corpora, le 08/06/2017. Lien : http://webcorpora.hypotheses.org/264.

 

La vidéo de l’intervention :

La création du .fr – Loïc Damilaville, Market research manager (responsable des études et de la veille marché) de l’AFNIC

23 novembre 2016. Durée : 28 min


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *