Quand l’historien rencontre les archives du web

Ce billet revient sur la participation de Sophie Gebeil lors de la table ronde dédiée à la question des « archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations ». Il expose les choix méthodologiques qui furent les siens dans le cadre de sa thèse d’histoire sur la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine.

Une thèse d’histoire à partir des archives du web françaises

J’ai utilisé les archives du web comme source dans le cadre de ma thèse d’histoire entamée en 2011 et portant sur la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 (dir. Maryline Crivello, soutenue en 2015). Il s’agissait alors, de faire une histoire culturelle des années 2000 à partir des contenus archivés par l’Ina et la BnF au titre du dépôt légal du web. Ce travail s’inscrivait dans la continuité de l’histoire des médias, de l’histoire des mémoires et des usages du passé et de l’histoire des migrations. L’enjeu était d’analyser la façon dont les acteurs mémoriels (internautes, blogueurs, associations, médias en ligne, réalisateurs de web-documentaires, institutions patrimoniales, etc.) se saisissaient du web pour donner à voir leurs propres lectures d’une histoire perçue comme délaissée et stigmatisée.

Une histoire qualitative et sociale du web

Initialement, j’ai appréhendé le corpus dans une perspective quantitative visant à établir une liste la plus exhaustive possible des contenus en ligne et dans les archives traitant des mémoires de l’immigration maghrébine, en particulier s’agissant de dispositifs mémoriels diffusés principalement en ligne (par exemple, les versions des articles de l’hebdomadaire Le Monde publiées sur son site web étaient exclues comme sources principales mais constituaient des sources complémentaires). A partir de 500 références identifiées, j’ai utilisé Navicrawler et Gephi pour construire un graphe de mon corpus en ligne tel qu’il était constitué en 2013. Pour cela, je me suis auto-formée à ces outils grâce à la documentation mise en ligne par Mathieu Jacomy (Media-Lab de Sciences Po) qui avait collaboré avec Dana Diminescu dans le cadre du projet e-diasporas.  Le graphe permettait de visualiser les dynamiques d’acteurs qui étaient à l’œuvre : le poids du Musée d’Histoire de l’Immigration, la présence des associations nationales mais aussi locales, les blogosphères, les médias de minorité berbères et musulmans et les productions audiovisuelles comme les web-documentaires. Dès lors, le choix a été fait de sélectionner un corpus d’expérimentation composé de 13 sites représentant la diversité des acteurs (cf. figure 1).

Figure 1 : Corpus d’expérimentation pour une histoire qualitative des mémoires de l’immigration maghrébine en ligne dans les années 2000

Cette histoire « pensée par cas » (Passeron, Revel, 2007) visait également à étudier les conditions de production des dispositifs en ligne en passant derrière l’écran pour interroger les acteurs à l’origine des contenus. J’ai ainsi rassemblé des sources complémentaires (archives des associations, des institutions, Journal Officiel des associations, etc..) et j’ai réalisé une série d’enquêtes orales auprès des acteurs à l’origine des dispositifs pour connaître leur histoire personnelle et leurs motivations. Il s’agissait également d’historiciser les dispositifs en ligne en croisant les temporalités : le temps court des commémorations, le temps de la décennie étudiée et celui plus long des productions mémorielles (culturelles et médiatiques) portant sur les mémoires de l’immigration maghrébine et diffusées en France depuis la seconde moitié du XXe siècle afin d’identifier les filiations éventuelles.

Représentations de l’archive : défier les pièges des archives du web

Figure 2 : les archives du web comme source pour l’historien.ne, un défi méthodologique

La plongée dans les méandres des archives du web imposa alors un défi méthodologique et une réflexion épistémologique sur la relation au document historique. Cette dimension constitua une part importante du travail de thèse, étant donné qu’il s’agissait d’une première approche des archives françaises du web comme source principale dans le cadre d’un doctorat. En effet, comme pour tout fonds, il était nécessaire de comprendre la façon dont il était constitué, d’en cerner les biais afin de prendre en considération les « risques des archives du web » (V. Schafer, 2014). La première contrainte relevait de leur caractère incomplet (il peut manquer des sites, des pages, des éléments) mais cela ne constitue pas une nouveauté pour l’historien, habitué à travailler avec le « silence des archives ». La difficulté fondamentale réside surtout dans le processus de création des archives qui peut générer des originaux : une page web peut être recomposée à partir d’éléments qui n’ont jamais co-existé ensemble sur la Toile. A travers l’exemple d’une page d’une version du site du Musée d’Histoire de l’Immigration, on peut ici visualiser le type d’originaux que le processus de collecte et de consultation peut générer.

Figure n° 3 : capture d’écran de la version du site www.histoire-immigration.fr collectée par Internet Archive le 5 octobre 2007

La page a été collectée par Internet Archive en 2007 et on retrouve son équivalent, collecté quelques jours plus tard, dans les archives de la BnF. On peut y voir sur la gauche une image annonçant « J-179 » avant l’ouverture de la CNHI dans le Palais Porte Dorée à Paris tandis que dans le registre de droite une animation annonce l’ouverture de la Cité au public le 10 octobre. Or, la version a été collectée le 5 octobre comme l’indique le bandeau de la Wayback Machine dans le registre supérieur. Il y a donc une confusion sur la page. On peut imaginer que cette erreur vienne des concepteurs du site mais nous avons pu accéder aux versions conservées par la CNHI lors d’un entre tien avec Sylvain Gorin et Anne Volery qui nous ont montré la page telle qu’ils l’avaient conservée et ce n’est pas le cas. L’erreur provient ici du code qui génère le compte à rebours par rapport à l’horloge du serveur. Elle n’est pas liée au type de collecte, cependant elle est éclairante concernant les biais liés au processus de « re-médiation » (N. Brügger, 2005) qui caractérise la procédure d’archivage. Cet exemple illustre la nécessité, comme pour toute archive, de comprendre les modalités selon lesquelles elles sont « fabriquées » afin de mieux en identifier les limites éventuelles.

Un va-et-vient constant entre le « web vivant » et ses archives

Si en 2011, lorsque j’ai commencé mes recherches, j’imaginais – un peu naïvement – travailler exclusivement à partir des dispositifs mémoriels collectés au titre du dépôt légal du web par l’Ina et la BnF, il est vite apparu indispensable de travailler en complémentarité sur le web vivant. Cela permettait d’abord de croiser les outils de prospection notamment en utilisant les fonctionnalités de plusieurs moteurs de recherche (Google, Yahoo, Altavista, Qwant) pour identifier de nouveaux contenus et vérifier ensuite l’état de leur archivage. Dans cette logique, j’ai eu la possibilité d’intégrer de nouveaux sites à la l’Ina et à la BnF. Dans ce dernier cas, le statut de chercheur associé m’a donnée la possibilité d’adjoindre une centaine de références à la collecte ciblée « Mouvements sociaux » en 2015.

Figure n° 4 : l’application BCWeb dans laquelle l’ajout de contenus liés aux « Mémoires maghrébines » en lien avec la collecte ciblée sur les « Mouvements sociaux »

Dès lors, la place de l’archive s’est avérée mouvante dans la recherche. Les références que j’avais pu identifier en ligne étaient intégrées aux collectes web de la BnF pour être archivées. D’une part, cela contribuait à stabiliser mon corpus et faciliter la citation des sources mobilisées. Les notes de bas de page dans ma thèse indiquaient l’institution en charge de l’archivage et éventuellement le permalien permettant au lecteur de retrouver rapidement les contenus mobilisés en borne de consultation de l’Ina ou de la BnF. Cet aspect garantissait ainsi le « contrat de vérité » qui engage l’historien et son lecteur (François Dosse, 2001). D’autre part, les corpus constitués ouvrent des perspectives de recherche à moyen termes puisqu’il sera possible de suivre l’évolution des dispositifs étudiés.  Enfin, cette intégration fait l’objet d’une valorisation à la BnF à travers un parcours guidé consacré aux mémoires maghrébines en ligne.

Historiciser les dispositifs mémoriels en ligne : l’exemple du site de l’association Génériques

Grâce aux archives du web, j’ai pu analyser les formes et les interprétations des mémoires de l’immigration maghrébine dans les années 2000 tout en interrogeant les ruptures et les continuités avec les périodes antérieures. Par exemple, pour le site de Génériques (www.generiques.org) archivé à la BnF, il est possible de retracer son évolution de 1999 à 2014 comme le montre l’animation réalisée ci-dessous à partir de la page d’accueil.

Figure n° 5 : évolution de la page d’accueil de Génériques à partir des versions d’Internet Archive (1999-2014).

Cette animation témoigne de l’investissement et de l’appropriation du web par l’association durant la décennie. Initialement, le site était géré bénévolement par Réda Belkhodja (1939-2013), militant des droits de l’Homme et informaticien retraité, à partir du logiciel File Maker Pro. Dès la première version (2000-2008), Génériques met déjà à disposition du public un catalogue de ses fonds et des sources de l’immigration qu’elle est chargée d’identifier dans le cadre d’une convention avec les Archives de France. Progressivement, la page d’accueil voit apparaître des logos en lien avec les projets qui accompagnent le développement de la base de données Magellan puis Odysséo en 2008. A cette date, un webmaster (Benjamin Horner) est employé par l’association pour créer la deuxième version du site. Enfin, à partir de 2014, la conception de la troisième version est confiée à une entreprise spécialisée. Le site se présente comme une plateforme dans laquelle les ressources visuelles d’Odysséo occupent une place centrale. Concernant le regard porté sur l’histoire de l’immigration, la page d’accueil rend compte du « tournant maghrébin » qui caractérise les années 2008-2012. Il est marqué par la présence de contenus issus du travail de thèse de Naïma Yahi alors employée par l’association et surtout par la réalisation de l’exposition « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins de France » en 2009/2010. Ce temps fort laisse ensuite la place à la valorisation de l’histoire de la militance immigrée en France depuis les années 1970 à l’aune des trente ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Cette mémoire militante, en prise avec l’histoire de l’immigration maghrébine en France, visible sur la page d’accueil du site, s’inscrit dans le temps plus long de l’histoire de l’association. En effet, Génériques a été créée en 1987 par Driss El Yazami, Saïd Bouziri et Farouk Belkeddar. Ces étudiants venus du Maghreb militent dans le quartier emblématique de la Goutte d’Or contre le sort réservé aux immigrés aux côtés d’intellectuels tels que Michel Foucault (lors de l’affaire Djellali en 1971 par exemple). La création de dispositifs mémoriels sur le site est aussi le fruit de cette histoire puisque les premiers fonds de Génériques étaient constitués des collections personnelles d’affiches de ces militants de longue date.

Sources en ligne et enjeux éthiques

Enfin, lors de la table ronde, la question des données personnelles a émergé. Pour le chercheur, ces aspects soulèvent des questions éthiques qui, à mon sens, ne sont pas propres à l’archivage du web mais relèvent plus largement de l’usage de sources en ligne. Par exemple, j’ai travaillé sur des Skyblogs d’adolescents qui, au milieu des années 2000, y avaient publié des photographies de leurs « vacances au bled ». J’ai alors constaté qu’une partie d’entre eux avaient configuré leur blog sans restrictions particulières et que les photographies étaient donc aujourd’hui toujours accessibles via les moteurs de recherche, sans avoir besoin de se créer un compte sur la plateforme. Dans le cadre des publications, j’ai fait le choix de ne pas citer les adresses URLs en considérant que, si ces contenus étaient aujourd’hui rendus publics en ligne, ce n’était sans doute pas la volonté de ces individus, aujourd’hui adultes, de voir de nouveau ces photographies mises en avant. Dans cette démarche éthique, l’archivage des contenus au titre du dépôt légal du web ne me paraît pas constituer une atteinte particulière dans la mesure où l’accès est restreint aux seules bornes de consultation et demeure encadré par le Code du patrimoine et le Code de la propriété intellectuelle, qui protègent les auteurs.  En revanche, cet exemple interroge plus largement la gestion de notre propre « présence numérique » face à la puissance des moteurs de recherche et à leurs capacités d’indexation.

Sophie Gebeil

Références

BRÜGGER Niels, Archiving Websites. General Considerations and Strate, Århus, Denmark, The Centre for Internet Research, 2005, 78 p.

GEBEIL Sophie, « Quand l’historien rencontre les archives du Web », Revue de la BNF, 2016, Ivresses, Alcool, Sociabilité et création littéraire, 2 (53), http://editions.bnf.fr/revue-de-la-bnf-n%C2%B053-ivresses/

GEBEIL Sophie, La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web français de 1999 à 2014, Thèse de Doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Maryline Crivello, 2015, Aix-Marseille Université.

MERZEAU, Louise, « Présence numérique: les médiations de l’identité », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2009, vol. 2009, no 1, p. 79-91.

PASSERON, Jean-Claude et REVEL, Jacques, Penser par cas, Enquête- École des hautes études en sciences sociales, 2005.

SAGATNI Tatiana, « Les archives de l’immigration : Génériques ou vingt ans de partenariat avec la direction des Archives de France », La Gazette des archives, n°221, 2011. Les archives des syndicats et des mouvements sociaux. pp. 141-155, www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_221_1_4781

SCHAFER Valérie, « Internet historians and the “risks“ of web archive » , AG de l’IIPC, Bibliothèque Nationale de France, le 26 mai 2014, Paris, http://netpreserve.org/general-assembly/2014/presentations

SCHAFER Valérie et THIERRY Benjamin, « L’ogre et la Toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du Web », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 2015, no 4, pp. 75-95.

ZANCARINI-FOURNEL Michelle, « La question immigrée après 68 », Plein droit, 2/2002 (n° 53-54), p. 3-7, http://www.cairn.info/revue-plein-droit-2002-2-page-3.htm

 

La vidéo de l’intervention :

Les archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations – Valérie BEAUDOUIN (Télécom-ParisTech / Labex Les passés dans le présent), Dana DIMINESCU (Télécom-ParisTech), Sophie GEBEIL (Univ. Aix-Marseille), Francesca MUSIANI (ISCC / Web90), Valérie SCHAFER (ISCC / Web90), Marie-Luce VIAUD (Ina)

23 novembre 2016. Durée : 59 min


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *