DLWeb et territoires : de la collecte à la consultation

On sait désormais – grâce aux travaux de chercheurs comme Valérie Schafer, entre autres – que le web n’est pas un univers totalement affranchi des logiques territoriales. De même, au sein des institutions chargées de la conservation des archives du web « français », des logiques territoriales sont prise en compte au niveau de la définition du périmètre de collecte, comme de la réflexion sur les accès à l’archive.


Thanks to the work of academics such as Valérie Schafer and others, we know that the web is not a world totally free from territorial logics. Similarly, within the institutions responsible for preserving the archives of the « french » web, territorial logics are taken into account, for the definition of the collection perimeter as well as in the reflection on the access to the archive.


La notion de « territoire » (national) représente un défi pour la collecte de l’audiovisuel – qui dépasse depuis longtemps les frontières – et a fortiori pour la collecte du web. Ainsi, l’Ina conserve par exemple au sein du DLWeb des contenus émis par des diffuseurs nationaux sur des plateformes telles que YouTube. Le principe directeur est toujours celui de la cohérence des collections, dans un univers où l’audiovisuel s’étend depuis longtemps au-delà des frontières et au-delà du hertzien. Le local, lui aussi, est présent dans les collections web. Un exemple : les 30 radios locales (il faut ajouter à la figure jointe la Corse et la Martinique) sont captées par le DLWeb.

Le maillage territorial se joue également au niveau de l’accès aux collections. Depuis la création du Dépôt Légal de la radio et de la télévision en 1995, l’Ina s’est engagé à permettre à un public de chercheurs, étudiants et professionnels, toujours plus large, d’accéder à ses archives à travers des dispositifs de consultation experts (SLAV) avec médiation documentaire, ou en autonomie, hors de l’Ina (PCM). Il est aujourd’hui possible de consulter, à Paris et en régions, les fonds du Dépôt Légal, radio, télévision et web médias, les collections des archives professionnelles, et du CNC.

34 sites sont actuellement équipés, et les installations continuent au sein des bibliothèques, bibliothèques universitaires et cinémathèques partenaires de l’ Ina. Les postes qui sont installés dans ces lieux ouverts, les postes de consultation multimédias (PCM), disposent d’une interface intuitive qui permet une navigation aisée au sein des collections.

D’ici 2020, nous aurons installé au moins 50 implantations, en fonction du bassin universitaire et des institutions culturelles et scientifiques qui s’y trouvent – l’accès à distance en ligne n’étant malheureusement pas encore envisageable pour des questions réglementaires. En 2016, la consultation des collections web par ces dispositifs décentralisés représentaient un millier de sessions de consultation (requêtes dans l’archive par un utilisateur unique) sur un an.

Géraldine Poels, responsable de la valorisation scientifique, Ina

[Carte des postes de consultation des fonds audiovisuels de l’Ina]

La vidéo de l’intervention :

Archives de l’internet et territoiresFabienne Greffet, enseignante-chercheuse (IRENEE / PACTE), David Lesvenan, président de l’association www.bzh, Frédéric-David Martin, adjoint à la directrice du département de la coopération (BnF), Jérôme Schweitzer, responsable du pôle d’excellence « Alsatiques » (BNU), Marta Severo, enseignante-chercheuse (Univ. Lille 3), Géraldine Poels, responsable de la valorisation scientifique (Ina).

23 novembre 2016. Durée : 37 min


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *