Internet et territoires dans la recherche sur les campagnes électorales en ligne

Le titre choisi de cette session, « Internet et territoires » rappelle qu’internet est souvent conçu comme un territoire, un « cyber-espace » selon l’expression de L. Lessig. En ce qui concerne spécifiquement les archives du web, l’association d’internet aux territoires renvoie aux différents espaces de la recherche – ceux des institutions chargées des collectes, ceux des bibliothèques où les utilisateurs consultent, ceux des URL et plateformes qui permettent de naviguer dans le monde entier en un clic. Du point de vue des campagnes électorales, les territoires ouverts sont ceux des candidats et de leurs soutiens. Ils sont de plus en plus nombreux et multi-déployés.


L’intitulé « Internet et territoires » fournit l’occasion de rappeler que la métaphore territoriale est souvent appliquée à internet, à travers les syntagmes d’espace en ligne, de réseau ou de « cyber-espace », comme le propose Lawrence Lessig lorsqu’il signale la dimension politique des infrastructures de communication (Lessig, 2006). Cette métaphore est porteuse d’une incarnation d’internet en termes de lieux plutôt que de groupes sociaux ou de rapports de force. Elle répond à un besoin d’image chez les utilisateurs, et reflète des pratiques professionnelles de la communauté des informaticiens, qui maîtrisent la collecte de données et leur mise en forme graphique (Guichard, 2007). Or, au-delà de cette métaphore spatiale unifiante, il est important de penser la myriade de dispositifs qui constituent internet comme des entités certes interreliées mais très différentes techniquement les unes des autres. Les archivistes du web sont particulièrement confrontés à cette diversité, lorsque, par exemple, les robots ne parviennent pas à archiver tel ou tel matériau en raison des spécifications techniques du dispositif. Les utilisateurs le sont également, lorsqu’ils se rendent compte que, passant d’un dispositif (et d’une période d’archivage) à l’autre, ils ont affaire à une qualité et une étendue de l’archivage très variables.

Le titre « Internet et territoires » renvoie aussi à la problématique de l’accessibilité des archives publiques du web. Celles-ci sont consultables, au-delà des murs de la BnF elle-même, depuis plusieurs bibliothèques implantées en régions, ce qui va probablement favoriser leur appropriation progressive par les chercheurs. Cependant, cette facilitation de la consultation ne résorbe pas tous les freins. La structuration du web en domaines (.com, .fr, .eu etc.), et, pour ce qui concerne la France, la dissociation entre le travail de la BnF et celui de l’Ina, place parfois l’utilisateur en curieuse situation : lorsqu’il/elle consulte concomitamment les archives des deux fonds, il/elle doit passer d’un univers à l’autre, ce qui ne correspond pas du tout à une utilisation « naturelle » d’internet : l’indexation est structurée différemment selon l’institution chargée de l’archivage, et elle reste dans certains cas assez peu efficace du point de vue de l’utilisateur qui ne connaîtrait pas les url vers lesquelles il/elle voudrait aller. Certes, il existe des raisons légales et institutionnelles à cela ; mais il s’agit d’encourager pour l’avenir une convergence toujours plus grande entre les outils développés par la BnF et ceux développés par l’Ina, afin qu’idéalement, les utilisateurs puissent naviguer dans ce qui deviendrait un seul et même fonds d’archives du web français. En outre, déconstruire la métaphore spatiale d’un internet comme ensemble de lieux devrait encourager les opérateurs de la collecte d’archives du web à travailler sur les interconnexions, les ponts entre les différents dispositifs et domaines nationaux. Internet est un réseau transnational, ouvert, et il peut s’avérer frustrant de se trouver face à des archives imprégnées de logiques nationales, toujours pour des raisons de périmètre légal et de division institutionnelle du travail. Certains projets, comme le projet européen RESAW (http://resaw.eu/), qui vise à produire un portail unique d’accès aux archives du web pour l’ensemble des institutions européennes, et à archiver des domaines transnationaux comme le domaine .eu, devraient permettre une amélioration de ce point de vue.

L’enjeu est important car désormais, le web et les réseaux socionumériques font partie intégrante du répertoire d’action électorale des élus et candidats aux élections, un chantier sur lequel la BnF s’est particulièrement investie. Sur les deux dernières décennies, les archives du web permettent de bien montrer comment s’est effectué le passage progressif de « brochures électroniques » vers une communication « impliquante », qui cherche à fédérer les soutiens et à pousser les sympathisants à l’action.

En utilisant le même type d’archives du web dans le cadre du projet franco-québécois enpolitique.com (http://www.enpolitique.com/), projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche – ANR et le Fonds de recherche du Québec, Société et Culture – FQRSC)1, portant sur les campagnes de l’élection présidentielle française de 2012 et des élections législatives au Québec, nous avons pu évaluer l’étendue des « territoires numériques » ou « cyberprésence », définie comme l’occupation de différents espaces du web par des contenus au nom du candidat ou de la candidate (Gadras et Greffet, 2014). Il s’est avéré que les candidats étudiés en France présentaient un minimum de trois sites internet ou blogs, de deux pages Facebook, deux comptes Twitter et trois comptes de partage de vidéos, ce qui confirme le caractère de plus en plus multi-déployé des supports de campagne en ligne. La structure minimale des webcampagnes françaises en 2012 consistait ainsi à articuler trois types de cyber-présence officielle : celle du parti, pérenne dans le temps ; celle focalisée sur le candidat, avec des sites personnalisés ; celle enfin spécifiquement à la campagne présidentielle, avec des actions de mobilisation. Cette répartition en trois types d’espaces était bien différente de celle du Québec, où les sites de partis étaient remplacés dès le début de la campagne provinciale par des sites de campagne, et où les sites consacrés aux chefs de partis n’existent pratiquement pas.

La cyber-campagne officielle était également relayée dans des espaces non-officiels mais proches de ceux des candidats. Evaluer cette « cyber-présence non-officielle » passe par l’identification des URL de sites et de blogs liés aux sites officiels des candidats et partis et par la comptabilisation de certaines traces et signaux numériques sur les réseaux Facebook et Twitter. Nous avons constaté en France en 2012 que les écarts relatifs entre les websphères sympathisantes étaient plus grands que ceux qui existaient en termes de cyberprésence officielle des candidats. Les websphères des candidats de gauche étaient davantage développées que celles des autres candidats ; par ailleurs, et contrairement aux espoirs qu’avaient pu susciter les premiers usages de l’internet en matière politique, les forces politiques de dimension plus modestes ne parvenaient qu’exceptionnellement à agglomérer de larges communautés internautes autour de leur candidat. La compétition web reproduisait donc, en tout cas en période de campagne, des inégalités d’audience électorale, de ressources organisationnelles et financières observées hors ligne.

On percevait cependant une dynamique de mobilisation durant la campagne : pour les pages Facebook et les comptes Twitter de tous les candidats, le nombre d’abonnés augmentait. L’augmentation concernait particulièrement François Hollande, mais l’évolution la plus importante se produisait après la campagne, suite à son élection le 6 mai. Il passait ainsi de 109 118 « j’aime » à la veille du deuxième tour (2 mai 2012) à 153 690 après l’élection (8 mai 2012), soit une augmentation de 41%. L’élection avait eu aussi un effet sur le nombre de « followers » Twitter de François Hollande, avec une augmentation de 20% entre ces deux dates. Une telle évolution était également observable, mais dans une moindre mesure, sur les comptes et pages de Nicolas Sarkozy : augmentation de 17% des « followers » Twitter, et de 5% des « j’aime » Facebook après le 6 mai.

Malgré ces augmentations en volume, le classement des pages et comptes officiels des candidats selon leur nombre d’abonnés a peu changé entre le début et la fin de la campagne : les candidats qui avaient commencé la campagne avec le plus grand nombre d’abonnés l’ont terminé de même, tous ayant vu leur nombre de soutiens et leur audience augmenter. Ainsi, la notoriété et l’ancienneté de la présence sur les réseaux sociaux jouent un rôle que les dynamiques de campagne ont du mal à dépasser. Plus largement, les sites et les réseaux socionumériques donnent à voir à la fois des logiques politiques très diverses, de la mise en scène des candidats à des prises de parole citoyennes, en passant par la recherche de médiatisation. Mais pour les analyser de façon approfondie et avec le recul du temps, il importe de disposer de fonds d’archives les plus complets possibles. C’est dire à quel point les données issues des archives de l’internet, qui représentent des volumes de plus en plus importants à collecter, indexer et mettre à disposition, constituent des matériaux précieux.

Fabienne Greffet, enseignante-chercheuse (IRENEE / PACTE)

Bibliographie

-Gadras, Simon. Greffet, Fabienne (2014), « La présence web des candidats en 2012. Espaces officiels et espaces non-officiels de campagne » dans Jacques Gerstlé et Raul Magni-Berton (dir.), 2012, la campagne présidentielle. Médias, électeurs et candidats dans la campagne de 2012. Paris, éditions Pepper, 73-87.

-Guichard, Eric (2007), « L’Internet et le territoire », Études de communication, 30, 83-98, disponible en ligne : https://edc.revues.org/490#tocfrom1n3.

-Lessig, Lawrence (2006), Code version 2.0, New York, Basic Books, disponible en ligne : http://codev2.cc/download+remix/lessig-codev2.pdf

La vidéo de l’intervention :

Archives de l’internet et territoiresFabienne Greffet, enseignante-chercheuse (IRENEE / PACTE), David Lesvenan, président de l’association www.bzh, Frédéric-David Martin, adjoint à la directrice du département de la coopération (BnF), Jérôme Schweitzer, responsable du pôle d’excellence « Alsatiques » (BNU), Marta Severo, enseignante-chercheuse (Univ. Lille 3), Géraldine Poels, responsable de la valorisation scientifique (Ina).

  1. Le projet était dirigé par Fabienne Greffet (Université de Lorraine) en France et Thierry Giasson (Université Laval) au Québec. Participaient également au projet : Gersende Blanchard (Université Lille 3), Simon Gadras (Université Lyon 2), Stéphanie Wojcik (Université Paris-Est Créteil) ; et au Québec : Frédérick Bastien (Université de Montréal) et Mireille Lalancette (Université du Québec à Trois Rivières). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *