Les études des sciences et technologies appliquées aux archives du web

L’infrastructure de l’internet, du matériel au logiciel, joue un rôle social et politique dans la fabrique des archives du web. Les études des sciences et technologies (Science and Technology Studies ou STS), en se concentrant sur les objets techniques et leurs devenirs en société, montrent bien le rôle socio-politique de « petits » arrangements d’infrastructure technique qui sous-tendent les archives du web. J’en donne ici deux exemples.


Internet infrastructure in its different layers – from hardware to software – plays a political and social role in the shaping of web archives. Science and Technology Studies (STS), by focusing on technical devices and their trajectories in society, show well the socio-political role of “small” arrangements in technical infrastructure subtending web archives.

Au cours de la table ronde « Les archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations » organisée lors du Colloque de célébration des vingt ans de l’archivage du web, j’ai rapidement présenté les approches, théoriques et méthodologiques, dont je me sers dans mes travaux sur les archives du web en collaboration avec Valérie Schafer (au sein du projet ANR Web90). Il s’agit d’approches qui puisent dans les études des sciences et technologies (Science and Technology Studies ou STS) et leurs « cousines » francophones, les sociologies des sciences, des techniques et de l’innovation.

Ces perspectives en sciences sociales mettent au centre de la démarche de recherche les objets techniques et leurs devenirs en société : les processus de conception et de design qui les sous-tendent, les choix faits par les développeurs et les utilisateurs qui amènent à des évolutions, de conception et de (ré-)appropriation – pour arriver à considérer les conséquences « politiques » au sens large de ces processus. Les STS s’interrogent sur les contraintes et opportunités techniques inscrites dans les outils et les questions qu’elles soulèvent telles que l’accès et l’accessibilité, la formation de communautés ou la gouvernance formelle et informelle.

Pour les archives du web, tout comme pour nombre d’autres artefacts techniques qui peuplent l’internet, il est utile de s’intéresser à ces cas où l’infrastructure de l’internet, du matériel au logiciel, joue un rôle social et politique dans leur ‘fabrique’, d’un niveau plus micro – comme peut l’être la capacité des utilisateurs à s’engager dans les processus de collecte et d’archivage – à un niveau plus macro telle la formation des ‘alliances’ qui déterminent les périmètres d’autorité des différentes institutions publiques, ou d’acteurs privés comme Google ou Twitter.

Voici deux exemples de « pratiques des archives du web » qui ont trait aux contributions volontaires des internautes, et montrent bien le rôle socio-politique de « petits » arrangements d’infrastructure technique.


En janvier 2015, Andrew Bontrager, un utilisateur des services de la fondation américaine Internet Archive, commente un changement sur les conditions d’utilisation du pionnier de l’archivage du web :

…from your terms of use:

‘…Further, you agree not to recirculate your password to other people.’

This is a hardship.

I had previously done this because I didn’t realize you had the provision there.

Sometimes, I want to contribute a large file to the archive, but my internet connection is slow or limited by a data plan. In those instances, I have to give my credentials to another worker so he can do it for me.

Thus, I’m asking an exemption.”


Archive Team, un groupe dont l’objectif est de préserver l’histoire numérique, se présente – et présente les profils et les types de contributions qui lui seraient utiles – ainsi :

“This project is composed of volunteers, currently coordinated by Jason Scott.

If you’re wondering where to stick your nose in, we could use:

Warriors, You will run the Archive Team Warrior on any PC’s you have with spare bandwidth. […]

Writers, who can create clear essays and instructions for archivists and concerned parties.

People with Lots of Hosted Disk Space who have a proper hosted webserver and fat pipe, who are willing (when asked) to consider hosting mirrored dead sites or archives. […]”


Ces deux exemples montrent bien comment, dans plusieurs cas, les contributions à l’élaboration du patrimoine numérique prennent forme (ou en sont empêchées) non seulement par la volonté et l’organisation humaines, mais également par des facteurs tels que la rapidité d’une connexion internet ou la possibilité d’y accéder de façon constante, la présence de « goulots d’étranglement » qui rendent impossible l’archivage de pages protégées par mot de passe, la capacité à mettre en œuvre une tâche partagée au moyen de différents outils et protocoles et leur interopérabilité ou encore la disponibilité de ressources techniques de stockage ou de mémoire et leur ouverture à la communauté.

Comme pour d’autres larges systèmes socio-techniques, en réseau ou pas, les pratiques des utilisateurs et des archivistes co-construisent les dispositifs techniques qui constituent les archives du web – et en sont informés en retour. Le « contributeur » aux archives du web peut ainsi être compris en termes de sa capacité technique et computationnelle – aussi bien qu’humaine.

Francesca Musiani, chargée de recherche CNRS, Institut des sciences de la communication

 

La vidéo de l’intervention :

Les archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations – Valérie BEAUDOUIN (Télécom-ParisTech / Labex Les passés dans le présent), Dana DIMINESCU (Télécom-ParisTech), Sophie GEBEIL (Univ. Aix-Marseille), Francesca MUSIANI (ISCC / Web90), Valérie SCHAFER (ISCC / Web90), Marie-Luce VIAUD (Ina)

23 novembre 2016. Durée : 59 min


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *