Promotion et circulation des littératures étrangères dans les archives du web.

Par Isabelle Le Pape et Laetitia Pascolini

Ce billet, qui reprend une intervention autour de la préservation des documents littéraires numériques lors du workshop After the digital revolution du 25-26 janvier 2018 à l’University of Loughborough de Londres, propose quelques pistes de réflexion sur la promotion et la diffusion des littératures étrangères dans les archives de l’internet français.

© Société française Shakespeare

Donner à voir toutes les littératures du monde : un défi

Dès 1999, la Bibliothèque nationale de France s’est engagée dans la préservation des publications numériques. Avec la loi sur le dépôt légal de l’internet de 2006, le cadre juridique lui permet de collecter de nombreux sites dans un esprit encyclopédique. Or l’idéal d’exhaustivité qui concerne les collections imprimées ne peut ici être satisfait et conduit plutôt à un souci de représentativité, notamment autour des littératures du monde entier. Le département Littérature et Art, qui collecte plus de 5000 sites dans les domaines de la littérature française, des langues et des littératures étrangères, de l’art et de l’histoire du livre ne peut rendre compte du foisonnement et de la totalité des sites consacrés aux littératures étrangères et à leur promotion. Néanmoins, une équipe de bibliothécaires veille à la sélection de sites représentatifs consacrés aux écrivains étrangers, aux festivals culturels étrangers en France et aux institutions (centres et institutions culturels, ministères, ambassades) lorsqu’ils proposent un chapitre culture. L’information, les connaissances, la production littéraire données sur les sites de festivals culturels étrangers peuvent être essentielles pour la complétude des collections papier, car les archives numériques permettent de conserver des traces de la venue d’auteurs étrangers en France et de leurs interventions et échanges auprès du public. Parmi cette centaine de sites sélectionnés, on trouve aussi des blogs fictionnels, des traces d’événements et des contenus rédactionnels élaborés par des associations autour d’écrivains d’hier et d’aujourd’hui mais aussi des archives de débats publics circulant sur le net. Ce sont les correspondants du dépôt légal du web qui assurent le suivi de ce champ du web relatif aux littératures étrangères tout en privilégiant la continuité avec les autres collections. Axée sur les ressources émergentes autour de blogs, de sites personnels et ne se limitant pas aux contenus académiques (sites universitaires, sites officiels et institutionnels), la sélection contribue à éclairer la manière dont sont diffusés les contenus littéraires de contrées variées et à garder les traces des informations contextuelles accompagnant les littératures en ligne, en-dehors de l’univers habituel du livre imprimé.


Au fil du temps, les archives conservées permettent de mesurer la prolifération de l’offre informationnelle autour des littératures d’aires géographiques diversifiées. L’intérêt d’accéder rétrospectivement à ces points de vue variés dans les archives du web donne la possibilité de mieux comprendre l’histoire littéraire contemporaine. Les chercheurs sont donc invités à explorer les sites de manière rétrospective afin de comprendre dans quelle mesure ils ont pu concourir au déploiement de la diversité littéraire et à la reconnaissance d’auteurs méconnus. Ils peuvent ainsi suivre l’évolution d’un site, retrouver des sites disparus en totalité ou en partie ou accéder à des données passagères qui ont pu figurer sur des blogs en accès libre. La consultation des archives de l’internet peut donc se faire pour les chercheurs titulaires d’une carte de recherche à la BnF ou à ce jour dans 17 des 26 bibliothèques de dépôt légal imprimeur partenaires du dépôt légal numérique en région.

©Shakespeare & Co

Usages et recherches dans les archives consacrées aux littératures étrangères

© Association française des amis de Fernando Pessoa

À travers la navigation dans les archives du web, il est donc possible de revenir sur des événements comme le Festival America consacré aux littératures américaines de Vincennes ou de retracer les activités d’associations consacrées aux auteurs étrangers durant ces dernières décennies (Fernando Pessoa, Jack London, J. R. R. Tolkien, Franz Kafka, Elfriede Jelinek, …). Émanant d’universités, d’ambassades, de centres culturels, de maisons d’éditions, de librairies, de critiques ou tout simplement de passionnés, la multiplicité de ces blogs et de ces sites offre une vision riche et variée des formes de littérature actuelles qui s’écrivent hors de nos frontières, à une période où les supports de médiation évoluent et où les pratiques de lecture sont en pleine révolution. Pour le chercheur comme pour le néophyte, l’accès à ces traces numériques autour des littératures d’aires culturelles et linguistiques variées donne un aperçu d’un champ nouveau à explorer : récits, actes de colloque, billets de blogs, comptes rendus et formes diverses d’écrits composent une myriade d’approches autour des littératures du monde. Que ce soit autour de spécialistes, d’associations, de laboratoires de recherche ou de passionnés, ces différents regards sont désormais des domaines d’investigation qu’il est nécessaire de prendre en compte, face à l’importance du net. Il ne s’agit plus de se limiter aux traditionnels vecteurs du fait littéraire, à savoir les institutions, les maisons d’édition, les librairies, les critiques et les modes de circulation classique des œuvres, mais aussi de prendre en compte les nouvelles modalités de médiation autour d’expériences littéraires moins institutionnelles et de rendre compte de l’activité d’auteurs vivants dans des pays où la censure les musèle. Autant il peut être difficile de quantifier les pratiques des cercles de lecture, autant les sites web et blogs laissent des traces qui permettent aux chercheurs de comprendre la dynamique des circulations. Avec les censures restrictives du web en Russie et en Chine, ou dans d’autres pays où la censure littéraire est forte, aller chercher les actions de médiation autour des voix dissidentes permet d’accéder à des textes et des archives qui contournent la censure. Pour la Chine, le pays qui a inventé le papier, il n’est pas sans ironie que la littérature la plus innovante s’écrive hors des livres. Grand nombre d’auteurs, étouffés par la censure et une industrie de l’édition très conservatrice, trouvent plus de liberté sur les réseaux. Dès la fin des années 90, des aspirants écrivains ont commencé à partager leur travail en ligne. L’écriture sur internet a permis à une myriade de voix de se faire entendre. Comme le souligne AMarie Petitjean et Violaine Houdart-Merot, « la littérature est devenue peu à peu, nativement numérique avec le web depuis 1992, dans ses pratiques comme dans ses supports, d’abord de manière confidentielle, dans les marges, et aujourd’hui de manière beaucoup plus répandue1

© Journées du livre russe

Faisant une belle part aux langues et littératures des Amériques, d’Europe balkanique, centrale et orientale, du Maghreb, du Proche et Moyen Orient, ainsi que de l’Afrique et de l’Asie, les archives du web répertoriées par le service des littératures du monde permettent aux chercheurs de découvrir de nouvelles pistes d’exploration autour des archives des littératures des diasporas et sur l’historiographie des littératures africaines, indiennes ou orientales… On y trouve également des sites relatifs aux échanges culturels, comme celui de l’Institut européen Est-Ouest ou les Journées du Livre Russe et des Littératures Russophones. En envisageant aujourd’hui de concert archives matérielles et traces numériques, il s’agit d’envisager la reviviscence des archives littéraires et leur circulation. Il reste donc aux chercheurs à procéder à un travail de localisation, de repérage, d’inventaire et d’analyse de ces nouveaux fonds d’archives numériques, que ces dernières soient textuelles, iconiques ou sonores. Tandis que certains chercheurs interrogent la spécificité et la place du média internet dans le développement des sociabilités littéraires2 , d’autres observent les usages de l’internet et les traces de médiation entre les acteurs du monde littéraire. Ceux qui questionnent la part grandissante des blogueurs littéraires, qui concurrencent les critiques professionnels et les réseaux traditionnels de promotion du livre, trouveront parmi la sélection des sites consacrés aux littératures étrangères, une variété dans les espaces d’échanges, dans les formes de conversations et dans les commentaires progressivement élaborés avec des outils de publication en ligne au sein de réseaux de plus en plus élargis.

© Revue numérique et poésie contemporaine turque

Pour les chercheurs désireux de s’interroger sur les marges des circuits classiques de réception des œuvres littéraires, il est donc indispensable d’effectuer des recherches sur ces traces et archives numériques multiformes qui donnent à voir et à lire des cultures littéraires d’une grande diversité. C’est le cas pour Mélanie Bourlet et Marie Lorin, chercheures qui questionnent le rapport entre internet et les littératures en langues africaines, orales et écrites, afin d’examiner « les stratégies actuelles d’édition numérique de textes littéraires en peul, sur des sites (en anglais et en français) conçus par des chercheurs, des universitaires3 …. ». Il est évident que les archives du web sont devenues, pour la communauté des chercheurs, une source de documents primaires au même titre que les productions écrites des précédentes décennies, car elles témoignent de réseaux de circulation autour des auteurs, des libraires, des centres culturels et des ambassades ainsi que d’autres acteurs du champ littéraire.

Réception et circulation des littératures du monde

Mais qu’en est-il des formes numériques de la critique et de la sociabilité littéraire ? Comment sont véhiculées l’image des auteurs étrangers et leurs stratégies de promotion ? Pour Sylvie Ducas, « le réseau structure l’écrivain et l’aide à construire son identité auctoriale dans la confrontation d’une pratique singulière (écrire) à celles, collectives, qui fondent toute appartenance culturelle au domaine de l’écrit et du livre. Or aujourd’hui, notamment à l’ère du web 2.0, l’évolution des supports et dispositifs de publication permet de rendre publics des écrits et des productions en dehors des instances éditoriales liées à l’imprimé4 . » En donnant accès à ces nouvelles formes de promotion de l’écrivain, les archives du web permettent aux chercheurs de revenir sur ces moments qui ont marqué l’émergence des nouveaux dispositifs de médiation littéraire : sites, blogs, formes de publication, communautés de fans, associations…, qui foisonnent et modifient une certaine idée de la littérature. De nombreux sociologues questionnent également les pratiques de « consommation littéraire », à travers l’étude de blogs, comme Jean-Michel Leveratto, qui s’attache à décrire l’acquisition des outils de l’expertise critique par les lecteurs amateurs autour du roman Disgrâce de l’écrivain J. M. Coetzee en interrogeant des sites francophones et anglophones : « Le dépouillement systématique des critiques de Disgrâce permet ainsi de vérifier la fréquence des commentaires dans lesquels le commentateur resitue le roman dans la production littéraire de Coetzee et formule des remarques sur la facture du roman5 ». Observons plus précisément un exemple de site, celui de l’écrivain autrichienne Elfriede Jelinek, qui a reçu le Prix Nobel de littérature en 2004. Priscilla Wind, spécialiste du théâtre contemporain germanophone, analyse le dispositif numérique autour de la figure de l’auteur, entre engagement politique et ironie, qui apparaît à la fois omniprésente et spectrale. Allant au-delà de la reconnaissance du milieu littéraire, son site internet forme un pôle important de captation de l’attention des internautes : « Le site web d’Elfriede Jelinek se compose surtout d’articles critiques sur divers sujets d’actualité ou alors des essais. S’agit-il pour autant d’un simple blog ? Formellement, www.elfriedejelinek.com s’apparente au blog par plusieurs aspects […] Entre journal de bord et journal intime, le contenu d’un billet, à la différence d’un simple texte papier, est souvent agrémenté d’hyperliens mais aussi d’éléments multimédias6 . »

De nombreux chercheurs travaillent sur les questions de médiation de la littérature, qui peuvent englober les discours sur la littérature et intégrer ce qui est publié sur le net. En consultant les archives du web, ils peuvent remonter aux origines de l’arrivée des outils du web 2.0, qui a fortement modifié l’organisation des pratiques d’écriture dans le domaine de l’Internet littéraire. ‪En effet, comme le notent Mariannig Le Béchec, Maxime Crépel et Dominique Boullier, « l’activité conversationnelle autour du livre imprimé s’amplifie avec le numérique et indique bien à quel point la vie du livre et le goût de la lecture sont appuyés sur des conversations, formes de circulation désormais équipées par le web7 … » ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Dans La littérature au laboratoire, Franco Moretti, témoigne de la manière dont la recherche évolue avec les techniques numériques : « c’est certain : la numérisation a bouleversé les archives de la littérature. Les gens comme moi ont longtemps travaillé sur quelques centaines de romans du XIXesiècle ; maintenant, nous travaillons sur plusieurs milliers d’entre eux ; demain, sur ces centaines de milliers. Cette nouvelle dimension a eu un impact majeur sur l’histoire littéraire, on le sait, mais aussi sur la méthodologie critique […] La nouvelle échelle modifie notre rapport à l’objet d’étude8 . » Pour Marie-Anne Paveau, qui enseigne les sciences du langage, « le web a forgé en effet une forme technologique de mémoire discursive en proposant des outils de collecte et de redocumentarisation comme les technomots (tags, hashtags, pseudos, et tout élément cliquable permettant d’assembler des énoncés). Cette « searchability » du web, que l’on peut traduire par investigabilité ou traçabilité, implique de penser la mémoire de manière dynamique, et de parler plutôt de mémorialisation9 . » Il reste que la manière de s’afficher dans les médias et les circuits numériques offre un champ d’investigation pour les chercheurs, avides de traces et de preuves des mises en ligne d’une littérature mondiale. Aux lecteurs de naviguer dans ces espaces dédiés aux commentaires, qu’ils émanent de professionnels, de pairs, d’experts ou d’amateurs.

Pour aller plus loin

Consulter les littératures étrangères à la BnF en salle G du Haut-de-Jardin

S’informer sur les littératures numériques à la BnF

Découvrir le projet de recherche Après la Révolution numérique : réunir archivistes et chercheurs autour de la préservation des documents numériques natifs afin de produire de nouveaux savoirs

Isabelle Le Pape est chargée de collections en anglais et littératures de langue anglaise au service Littératures du monde du département Littérature et art de la BnF

Laetitia PASCOLINI est responsable du laboratoire de français langue étrangère au service Littératures du monde du département Littérature et art de la BnF

  1. AMarie Petitjean, Violaine Houdart-Merot, Numérique et écriture littéraire, Mutations des pratiques, Paris : Hermann, 2015, p. 99. []
  2. Jean-Marc Leveratto, Mary Leontsini, Internet et la sociabilité littéraire, Paris, BPI, coll. Études et recherche, 2008. []
  3. « La littérature en peul sur internet : circulation, création, édition ». http://www.academia.edu/11315462/La_litté en_peul_sur_internet_circulation_créationédition []
  4. Sylvie Ducas, « L’écrivain contemporain en réseau web 2.0 : retour du refoulé auctorial ? », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 116, n°3, 2016, pp. 641-652. []
  5. Jean-Marc Leveratto, « Sociabilité littéraire et expertise ordinaire de la qualité. Une observation de la qualité. Une observation sociologique sur internet. » in L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, p. 197. []
  6. Priscilla Wind, « www.elfriedejelinek.com : entre parodie de site web et mission auctoriale », in L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, p.p. 119-120. []
  7. ‪Le Béchec, Mariannig ; Crépel, Maxime ; Boullier, Dominique, « Modes de circulation du livre sur les réseaux numériques‪‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬ », Études de communication 2014/2, n° 43, pp. 129-144. []
  8. Franco Moretti, « Trames, un nouvel objet pour l’étude de la littérature », in La littérature au laboratoire, sous la direction de Franco Moretti, Paris : Ithaque, 2016, p. 266. []
  9. Marie-Anne Paveau, L’analyse du discours numérique, dictionnaire des formes et des pratiques, Paris : Hermann, 2017, p. 255. []

Quelle durée de vie ont les sites sélectionnés dans les collectes du web électoral ?

PAR MARAL AMIRI (BnF) & GÉRALDINE CAMILE (BnF)

Ce billet présente les résultats d’une analyse menée par le service du Dépôt légal numérique sur la pérennité des sites web collectés par les robots de la BnF et plus précisément sur les sites issus de collectes du web électoral.


Continuer la lecture de Quelle durée de vie ont les sites sélectionnés dans les collectes du web électoral ?

Collecter des livres numériques sur internet à la BnF

Dans le cadre du dépôt légal des sites web, la BnF collecte de nombreuses publications en ligne, parmi lesquels des livres numériques. Ce billet, qui reprend une intervention de la table-ronde intitulée « collecter de nouveaux objets sur internet » (colloque du 23 novembre 2016) vise à donner un aperçu de la place des livres numériques, et plus largement de l’édition en ligne, dans les archives de l’internet français.


Le livre numérique sur internet, un objet parmi d’autres

Le dépôt légal du web est encadrée en France par la loi DADVSI et son décret d’application de 2011. Or, dans ces textes législatifs, le livre numérique n’est pas spécifiquement mentionné. Le code du patrimoine stipule en effet que « les signes, signaux, écrits, images, sons ou messages de toute nature faisant l’objet d’une communication au public par voie électronique » entrent dans le champ du dépôt légal. Les livres numériques sont donc des objets parmi d’autres collectés sur internet, au même titre que les revues, articles, vidéos ou les morceaux de musique.

Continuer la lecture de Collecter des livres numériques sur internet à la BnF

Web 90 et ASAP : deux projets de recherche en lien avec les archives du web

À travers notamment les expériences des projets Web90 et ASAP, le premier consacré au Web des années 1990 et l’autre à l’archivage d’urgence du Web et de Twitter au moment et après les attentats de 2015, Valérie Schafer revient sur quelques enjeux de recherche autour des archives du Web et sur les collaborations menées entre monde des archives et milieu académique.

In particular through the experience of two projects, Web90 and ASAP, Valérie Schafer presents some issues that the researchers face when analysing Web archives. The first project, which is funded by the French National Research Agency since 2014, is dedicated to the Memories, Heritage and History of the French Web of the 1990s and the second one analyses the emergency archiving of the Web and of Twitter at the moment and after the terrorist attacks of 2015. In this short video she presents some collaborations between the world of Web archiving, especially with BnF and Ina, and the researchers.


Continuer la lecture de Web 90 et ASAP : deux projets de recherche en lien avec les archives du web

Quand l’historien rencontre les archives du web

Ce billet revient sur la participation de Sophie Gebeil lors de la table ronde dédiée à la question des « archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations ». Il expose les choix méthodologiques qui furent les siens dans le cadre de sa thèse d’histoire sur la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine.

Une thèse d’histoire à partir des archives du web françaises

J’ai utilisé les archives du web comme source dans le cadre de ma thèse d’histoire entamée en 2011 et portant sur la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 (dir. Maryline Crivello, soutenue en 2015). Il s’agissait alors, de faire une histoire culturelle des années 2000 à partir des contenus archivés par l’Ina et la BnF au titre du dépôt légal du web. Ce travail s’inscrivait dans la continuité de l’histoire des médias, de l’histoire des mémoires et des usages du passé et de l’histoire des migrations. L’enjeu était d’analyser la façon dont les acteurs mémoriels (internautes, blogueurs, associations, médias en ligne, réalisateurs de web-documentaires, institutions patrimoniales, etc.) se saisissaient du web pour donner à voir leurs propres lectures d’une histoire perçue comme délaissée et stigmatisée.

Continuer la lecture de Quand l’historien rencontre les archives du web

Les études des sciences et technologies appliquées aux archives du web

L’infrastructure de l’internet, du matériel au logiciel, joue un rôle social et politique dans la fabrique des archives du web. Les études des sciences et technologies (Science and Technology Studies ou STS), en se concentrant sur les objets techniques et leurs devenirs en société, montrent bien le rôle socio-politique de « petits » arrangements d’infrastructure technique qui sous-tendent les archives du web. J’en donne ici deux exemples.


Internet infrastructure in its different layers – from hardware to software – plays a political and social role in the shaping of web archives. Science and Technology Studies (STS), by focusing on technical devices and their trajectories in society, show well the socio-political role of “small” arrangements in technical infrastructure subtending web archives.

Continuer la lecture de Les études des sciences et technologies appliquées aux archives du web

Regards croisés sur les outils d’accès à la BnF et à l’Ina

PAR ZEYNEP PEHLIVAN (INA), PETER STIRLING (BNF)

Ce billet présente les outils d’accès aux archives du web à l’Ina et à la BnF, au travers de graphiques et de démonstrations vidéos.

This blog post presents the discovery tools for web archives used at Ina and the BnF, with graphs and video tutorials.


L’Institut national de l’audiovisuel (Ina) et la Bibliothèque nationale de France (BnF), sont responsables du dépôt légal du web, dont le but est de préserver les connaissances pour les prochaines générations. Chaque institution archive le web en prolongement de ses missions documentaires initiales : l’Ina a donc la charge des sites web autour de la radio et la télévision et la BnF est responsable du reste du web français. Nous développons des approches complémentaires et adaptées à nos domaines respectifs de collecte. Ensemble, nos collections couvrent le web français.

Si le succès du web repose en grande partie sur un accès facile à des ressources différentes, on peut également dire que le succès de nos archives web reposera sur nos outils d’accès. La taille de nos archives a déjà dépassé le niveau des téraoctets, et elles contiennent des milliards d’objets. Il est également sous notre responsabilité de répondre aux différents besoins de nos utilisateurs, amateurs ou chercheurs, en leur fournissant des outils d’accès, allant la de navigation simple jusqu’à des algorithmes complexes d’analyse de données.

Pour présenter comment on accède aux archives du web en France, les graphiques suivants donnent quelques informations sur les collections. Les vidéos proposent une démonstration des outils proposés par l’Ina, puis de ceux proposés par la BnF.

Continuer la lecture de Regards croisés sur les outils d’accès à la BnF et à l’Ina

Internet and territories in research about online political campaigning

The title « Internet and Territories » reminds us that the Internet is often perceived as a territory, a « cyber-space » as L. Lessig puts it. Regarding specifically web archives, internet as territories refers to the various spaces of web archiving and access to the archives. With respect to political science and political communication research, online territories opened by candidates in the elections and their supporters are more and more extensive and sophisticated. The internet archives allow an in-depth analysis of them to be performed.


The title of this session « Internet and Territories » is an opportunity to reflect that spatial metaphors are often used in the case of the Internet, through words such as « online space », « network » or « cyber-space », when referring to the political aspects of communication infrastructures (Lessig, 2006). These metaphors refer mostly to the Internet as a place, a space, rather than as a device embedded in power relationships and used differently depending on social groups and actors. They also respond to a need for imagery on the part of users, and reflect professional practices within the computer science community (Guichard, 2007). But, beyond these territorial metaphors, it is important to think of the Internet as an intertwined mix of very different entities. Web archivists face this technical diversity, when, for instance, machines are unable to archive some of the online materials. Users also have to deal with this, for instance when, browsing from one archived online source to another, or from one archive period to another, they realize they have to work with online sources of various qualities and various scopes.

Continuer la lecture de Internet and territories in research about online political campaigning

Internet et territoires dans la recherche sur les campagnes électorales en ligne

Le titre choisi de cette session, « Internet et territoires » rappelle qu’internet est souvent conçu comme un territoire, un « cyber-espace » selon l’expression de L. Lessig. En ce qui concerne spécifiquement les archives du web, l’association d’internet aux territoires renvoie aux différents espaces de la recherche – ceux des institutions chargées des collectes, ceux des bibliothèques où les utilisateurs consultent, ceux des URL et plateformes qui permettent de naviguer dans le monde entier en un clic. Du point de vue des campagnes électorales, les territoires ouverts sont ceux des candidats et de leurs soutiens. Ils sont de plus en plus nombreux et multi-déployés.


L’intitulé « Internet et territoires » fournit l’occasion de rappeler que la métaphore territoriale est souvent appliquée à internet, à travers les syntagmes d’espace en ligne, de réseau ou de « cyber-espace », comme le propose Lawrence Lessig lorsqu’il signale la dimension politique des infrastructures de communication (Lessig, 2006). Cette métaphore est porteuse d’une incarnation d’internet en termes de lieux plutôt que de groupes sociaux ou de rapports de force. Elle répond à un besoin d’image chez les utilisateurs, et reflète des pratiques professionnelles de la communauté des informaticiens, qui maîtrisent la collecte de données et leur mise en forme graphique (Guichard, 2007). Or, au-delà de cette métaphore spatiale unifiante, il est important de penser la myriade de dispositifs qui constituent internet comme des entités certes interreliées mais très différentes techniquement les unes des autres. Les archivistes du web sont particulièrement confrontés à cette diversité, lorsque, par exemple, les robots ne parviennent pas à archiver tel ou tel matériau en raison des spécifications techniques du dispositif. Les utilisateurs le sont également, lorsqu’ils se rendent compte que, passant d’un dispositif (et d’une période d’archivage) à l’autre, ils ont affaire à une qualité et une étendue de l’archivage très variables.

Continuer la lecture de Internet et territoires dans la recherche sur les campagnes électorales en ligne

DLWeb et territoires : de la collecte à la consultation

On sait désormais – grâce aux travaux de chercheurs comme Valérie Schafer, entre autres – que le web n’est pas un univers totalement affranchi des logiques territoriales. De même, au sein des institutions chargées de la conservation des archives du web « français », des logiques territoriales sont prise en compte au niveau de la définition du périmètre de collecte, comme de la réflexion sur les accès à l’archive.


Thanks to the work of academics such as Valérie Schafer and others, we know that the web is not a world totally free from territorial logics. Similarly, within the institutions responsible for preserving the archives of the « french » web, territorial logics are taken into account, for the definition of the collection perimeter as well as in the reflection on the access to the archive.


Continuer la lecture de DLWeb et territoires : de la collecte à la consultation

Les Archives de l’internet comme axe de coopération territoriale

La BnF associe le réseau des 26 bibliothèques régionales avec lesquelles elle partage la mission de dépôt légal aux enjeux de l’accès aux archives de l’internet et de leur constitution. Tandis que l’accès distant à ces archives se déploie progressivement au sein de ce réseau, en métropole comme en outremer, les bibliothèques participent aux sélections effectuées pour des collectes ciblées, principalement dans le cadre des campagnes électorales, mais aussi en vue de constituer des collections de sites d’intérêt régional.


The Bibliothèque nationale de France (BnF) shares the mission of legal deposit with a network of 26 regional libraries, and works with them on issues of access to the internet archives and their constitution. While remote access to the archives is being gradually deployed across this network, in both mainland France and overseas territories, the libraries participate in the selection process for focussed harvests, mainly in the context of electoral campaigns, but also in order to constitute collections of websites with a regional interest.


Continuer la lecture de Les Archives de l’internet comme axe de coopération territoriale

Pause estivale

Source : Pixabay (licence libre)

 

Le carnet se met en pause pour un mois. Les publications reprendront la semaine du 28 août, avec la suite des actes du colloque « Il était une fois dans le web – 20 ans d’archives de l’internet ».

En attendant, vous pouvez toujours (re)lire les billets publiés et nous suivre sur le compte Twitter @DLwebBnF, qui lui restera actif tout l’été !

L’équipe de rédaction de Web Corpora

 

Hommage à Louise Merzeau

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition brutale de Louise Merzeau, le 15 juillet dernier, à l’âge de 53 ans.

Louise Merzeau – photo issue de son site merzeau.net

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud et agrégée de lettres modernes, elle soutient en 1993 sous la direction de Nicole Boulestreau une thèse de doctorat intitulée « Du scripturaire à l’indiciel : texte, photographie, document » et en 2011 son habilitation à diriger des recherches porte sur le concept de mémoire à l’ère du numérique. À partir de 1994, elle enseigne à l’université de Nanterre, où elle est la directrice adjointe du laboratoire de recherche Dicen-IDF et co-pilote le thème « Éditorialisation, documentarisation, traçabilité » . Elle a été nommée professeure en Information-Communication en juin 2016.

Continuer la lecture de Hommage à Louise Merzeau

L’expérience des ateliers du dépôt légal du web de l’Ina

Pendant 6 ans, les ateliers de recherche méthodologiques du Dépôt légal du web à l’Ina ont offert à la communauté universitaire et aux professionnels un lieu privilégié d’échange et de réflexion, destiné à accompagner les usages naissants des ressources en ligne à des fins scientifiques, journalistiques ou sociétales. Examinant simultanément les attentes, les pratiques effectives et la mise en place de l’archive, ce rendez-vous a contribué à maintenir un lien étroit entre usages et institution.

Continuer la lecture de L’expérience des ateliers du dépôt légal du web de l’Ina

L’archive du web : une nouvelle herméneutique de la trace ?

Le web est un nouveau média : il possède une logique éditoriale propre et recèle des contenus qui n’auraient pu voir le jour ailleurs, et qu’il est impossible de consulter ailleurs. Cette originalité justifie donc d’une mémoire. Mais une telle mémoire se constitue d’une collecte technique qui par nature déforme les contenus archivés. Il nous faut apprendre une nouvelle herméneutique, celle de la trace collectée, pour retrouver le web archivé, celui qui nous permettra de comprendre le monde dont il est le reflet.


The Web is a new media: it has its own editorial logics and contains specific contents that could not have been produced elsewhere. As an original media, the Web deserves a specific memory and a dedicated archiving process. However, performing such an archiving entails a transformation of contents: content archives are not the archived contents. Consequently, we should learn new hermeneutic skills, in order to process from collected traces to archived Web, the later being the proper access to the world which it reflects.


Continuer la lecture de L’archive du web : une nouvelle herméneutique de la trace ?

Explorer les archives de l'internet à la BnF