Vingt ans de web électoral

Depuis 2002, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et ses bibliothèques partenaires archivent le web électoral. Effectuées par la BnF et un réseau de bibliothèques réparties sur l’ensemble du territoire à l’occasion de chaque grande échéance électorale, les collectes permettent de capturer les débats qui agitent la toile à travers l’archivage des sites des formations politiques, des candidats, d’organisations de soutien, d’administrations, de médias, d’analyse politique, de syndicats, d’associations, de militants ou de simples observateurs. A l’occasion du 20e anniversaire de ces collectes, un séminaire d’étude a été organisé les 9 et 10 novembre 2023  en partenariat avec le groupe Sciences politique du numérique de l’Association française de Science politique, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) et le médialab Sciences Po.

Une journée d’ateliers au BnF DataLab

La journée du 9 novembre, sur le site François-Mitterrand de la BnF, était consacrée à des explorations collectives et participatives des collections. Après un premier atelier de découverte des archives du web électoral, les participants ont pu approfondir leurs recherches au prisme de plusieurs outils : fonctions de recherche avancée, solutions d’exploration enrichie et aide à la fouille de texte et de données (SolrWayback, Jupyter Notebook) et constitution, exploration et catégorisation de corpus web avec Hyphe, développé par le médialab de Sciences Po. Désinformation, laïcité, représentation politique du génome, diaspora chinoise, guerre d’Algérie : le spectre des sujets étudiés pendant les ateliers était large.

Quatre sujets abordés lors de la journée du 10 novembre

La journée de conférences du 10 novembre s’est tenue sur le site de la Bibliothèque Richelieu. Centrée à la fois sur le web vivant et ses archives, elle a permis de retracer les évolutions marquantes du web électoral depuis vingt ans, ainsi que des données et méthodes qui en permettent l’étude. Cet article reprend quelques-uns des angles d’approche et clés d’analyse présentés.

Une chronologie du numérique en campagne

Anaïs Theviot (Université catholique de l’Ouest, ARENES) est revenue sur l’utilisation du web et des réseaux sociaux numériques en campagne électorale et sur l’émergence d’un nouveau militantisme en ligne.  Dix ans d’enquêtes menées par la chercheuse mettent en lumière la montée en puissance de l’usage du numérique en campagne avec plusieurs jalons : l’investissement inédit et massif de la toile par les partis lors de l’élection présidentielle de 2002, l’apparition du blog politique en 2004, les expérimentations numériques des partis lors des primaires comme la plateforme permettant l’adhésion à 20 euros au Parti Socialiste en 2006, puis, à partir de 2010, l’investissement des réseaux sociaux, au premier chef Twitter, par les partis et les militants, qui ouvre la voie à une campagne permanente et à une “fabrique continue de l’opinion”.

Le web renouvelle la communication politique des partis, sans qu’une vision univoque du numérique ne s’impose au sein des partis. Dans un premier temps, souligne Anaïs Theviot, l’idée que le numérique rapproche gouvernants et gouvernés et permet un contact direct entre ceux-ci domine. Le web est perçu comme un outil de rapprochement de la décision politique et d’une mise en relation entre les différents acteurs de la démocratie. Mais très vite le numérique tend à être perçu comme le lieu où une pensée contestataire émerge et se rend visible. Le cas du référendum de 2005 en est le premier exemple, suivi par d’autres mouvements très associés au numérique : printemps arabes, #MeToo, #BlackLivesMatter, etc. Autre signe de cette ambivalence, si le numérique est mis en scène dans une démarche de “monstration de la modernité” et de référence à l’expertise américaine, par exemple lors des “riposte-parties”, les équipes numériques, en manque de légitimité, sont longtemps reléguées à un rôle secondaire et tenues à l’écart de décisions stratégiques.

Vers des big data électorales

Anaïs Théviot revient également sur l’usage des data puis des “big data” électorales en France. Les techniques de micro-ciblage électoral reposant sur l’agrégation et l’analyse de données pour optimiser la campagne et cibler le porte-à-porte, inspirées du modèle américain, apparaissent dès 2008, notamment au Parti socialiste, ouvrant la voie à de nouvelles formes de militantisme. Le véritable tournant à cet égard se situe en 2012. Dans la foulée des victoires de Barack Obama aux Etats-Unis et de François Hollande en France, la croyance en un pouvoir des données et à l’importance du pilotage par la data s’affirme. Des acteurs commerciaux qui vendent leurs prestations aux partis politiques apparaissent. L’usage du numérique devient de plus en plus technique et fait évoluer les stratégies électorales et de ciblage des partis, non sans résistance de la part de certains militants.

20 ans d’archives du web électoral

Les archives du web conservées à la BnF et les trois “parcours guidés” dans ces collections, présentés par Anaïs Crinière-Boizet (BnF, Service du Dépôt légal numérique) permettent d’observer comment le web a renouvelé la communication politique, les façons de militer, de voter, de participer au débat politique. Ils mettent en lumière l’évolution des supports numériques de campagne et de diverses thématiques comme la santé, la cause animale, ou encore certains débats locaux particulièrement bien couverts grâce au réseau de sélectionneurs des bibliothèques partenaires en région et outre-mer.

Plateformes de vidéos et réseaux sociaux en période électorale

Après cette vue générale, plusieurs projets questionnent le politique en regard d’une plateforme de médias et réseaux sociaux et de sa communauté, ouvrant de nouveaux questionnements spécifiques. 1 Les questions de circulation et de relai de l’information en période électorale, de désinformation et polarisation des opinions, de biais algorithmiques et de personnalisation des contenus ont été au centre des discussions.

Comment sont reçues les stratégies numériques des partis sur Facebook ?

Pour Facebook, les analyses de corpus de posts présentées par Julien Figeac2(Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires, Université de Toulouse – Jean-Jaurès) permettent de questionner les stratégies numériques des différents partis et leur réception sur la plateforme lors des élections de 2022. Le chercheur souligne que les gestionnaires Facebook des partis, à défaut de consignes claires venant de l’échelon central, relaient les posts et les sujets en fonction de leur agenda militant local. Les partis et leurs gestionnaires Facebook mettent en avant les sujets qui singularisent le plus les partis sur l’échiquier politique. Ces sujets sont-ils ceux qui font le plus réagir leurs abonnés sur la plateforme ? La mise en regard des thèmes centraux dans la communication des partis d’une part, et du le volume des réaction des abonnés (partages, likes, commentaires) d’autre part, montre que dans de nombreux cas ceux-ci vont privilégier les sujets les plus clivants et non les sujets poussés par les partis sur Facebook (par exemple, la position d’Emmanuel Macron sur la pandémie de COVID fait davantage réagir les militants du Front national que la question migratoire, centrale dans la communication du parti). Julien Figeac souligne que le désalignement ainsi observé entre les sujets mis en avant par les partis sur Facebook et la participation de leurs communautés sur la plateforme invite à relativiser l’impact des stratégies numérique des partis sur la fabrique de l’opinion et la toute-puissance du numérique.

Evaluer la polarisation et la mal-information sur Facebook

Une autre étude de corpus Facebook présentée par Julien Figeac permet de mesurer d’éventuels phénomènes de “mal-information” et de “polarisation des opinions” propres aux communautés d’abonnés des différents partis sur la plateforme lors des élections de 2017. S’appuyant sur la méthode Decodex du journal Le Monde pour évaluer la fiabilité des informations, l’étude permet d’observer les stratégies différenciées des partis et de leurs militants dans le relai des informations et de les comparer. Si tous les partis pratiquent l’endocitation, l’analyse montre notamment que les communautés militantes du Rassemblement national se distinguent des autres en relayant davantage d’informations de sources alternatives non vérifiées.

Mesurer les recommandations algorithmiques de YouTube en période électorale

S’agissant de YouTube, mesurer et objectiver les bulles de filtres ou la désinformation implique de s’intéresser à l’algorithme de recommandations de contenus en période électorale. Faute d’avoir accès aux données sur lesquelles s’appuient ces algorithmes et à la façon dont ils sont construits, ceux-ci restent une boîte noire. Est-il possible toutefois d’apprendre quelque chose de leur fonctionnement en capturant les recommandations à grande échelle au moyens de bots, ces programmes logiciels imitant le comportement d’un internaute ? C’est l’exercice auquel se sont livrés plusieurs intervenants. 

Pendant la campagne présidentielle de 2017, Guillaume Chaslot (AlgoTransparency) a ainsi capturé les vidéos recommandées par YouTube lors des recherches effectuées sur le nom de chacun des candidats à la présidence. La capture systématique de ces vidéos proposées en lecture automatique (“auto-play”) et l’analyse de leurs titres permet d’observer que certains candidats (Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et François Asselineau) sont davantage représentés que d’autres. Ce monitoring de la plateforme, produisant un échantillon non-exhaustif mais conséquent de recommandations, permet d’objectiver certaines impressions empiriques sur le fonctionnement d’un algorithme conçu pour maximiser le temps passé par l’usager sur la plateforme. Guillaume Chaslot s’est également intéressé à la sur-représentation de certains contenus “toxiques” ou relevant de la désinformation pendant les élections américaines, autre manifestation des biais algorithmiques.

Erwan le Merrer (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique, INRIA) et Gilles Tredan (laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes, centre national de la Recherche Scientifique) se sont intéressés aux recommandations faites par l’algorithme de YouTube sur les pages Actualités nationales pendant l’élection de 2022. Les bots utilisés visionnaient systématiquement les quatre vidéos proposées en “auto-play”. L’analyse des vidéos recommandées au cours de leur parcours permettent de prendre la mesure de la personnalisation de l’expérience de l’usager qui se voit proposer des contenus différents suivant son historique de navigation. Cette « couche programmatique de personnalisation », et « l’explosion des versions du web » qui en résulte sont ainsi mises en lumière mais restent par nature très difficiles à explorer, soulignent les chercheurs.

Si elle ne permet pas de mesurer l’influence de ces recommandations sur les internautes et la formation de l’opinion, cette collecte de données  permet de rassembler des éléments objectifs pour mesurer l’effet « rabbit hole » (“terrier de lapin” ou parfois “bulle de filtres”) induit par les plateformes.3.

La capture et l’analyse de ces données sont essentielles pour documenter le fonctionnement des algorithmes de recommandation de contenus en période électorale et pallier le manque de transparence des plateformes à leur sujet, voire faire évoluer leurs pratiques. Ces audits de l’algorithme laisse des questions en suspens : peut-être les modes de consommation de l’utilisateur moyen, ou peut-être plus encore les bots et les hyper-consommateurs, ont-ils une influence directe sur les recommandations proposées par Youtube. Les travaux présentés soulèvent également des questions concernant les pratiques d’archivage du web de la BnF et les silences des archives : la connaissance du fonctionnement des algorithmes des plateformes et de la façon dont ils façonnent et personnalisent l’expérience de chaque internaute, peut-elle nourrir la pratique d’archivage et la reconstitution du contexte de navigation dans les outils d’accès ? 4 A l’heure d’un web hautement personnalisé, devrait-on “rejouer” et donner à voir différentes versions du web, ou du moins quelques-unes de ces versions présentées à des usagers-types en employant la méthode des persona ?

Chaque plateforme est ainsi un champ de recherche en soi. Les questionnements sont en partie propres à chaque plateforme, induits par son fonctionnement socio-technique. La journée a plus largement questionné la pluralité des méthodes d’analyse du web politique qui s’offrent au chercheur, et leurs intérêts respectifs.

Les méthodes d’analyse du web électoral

Cartographie du web, analyses lexicales et sémantiques, analyse de corpus massifs, ou encore perspectives comparatistes, qu’elles soient longitudinales ou transnationales : les approches sont nombreuses pour analyser le web électoral. C’est donc un champ outillé que présente Julien Boyadjian (Centre d’Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales, Université de Lille). Le chercheur souligne cependant qu’il n’y a pas de méthodologie normalisée pour l’analyse quantitative du web électoral, contrairement à ce qui existe pour les sondages ou encore pour la mesure du temps de parole à la télévision.

Le web, un territoire à cartographier

Julien Boyadjian s’attarde sur  l’approche du web électoral comme territoire qu’il s’agit de cartographier,  largement promue suite au succès des visuels attrayants de la société Linkfluence en 2007.  Il  revient sur les limites comme sur les atouts de cette approche qui permet d’objectiver certaines analyses ou grandes tendances du web électoral.

La cartographie diachronique réalisée par Fabienne Greffet (Institut de Recherches sur l’Évolution de la Nation Et de l’État, Université de Lorraine) durant le Datasprint ResPaDon5 a ainsi permis de tester et d’objectiver certaines hypothèses concernant l’évolution des communautés militantes autour de Jean-Luc Mélenchon lors des dix dernières années. L’adaptation par le médialab du logiciel Hyphe aux archives du web a permis de cartographier ces communautés sur trois fenêtres temporelles distinctes, correspondant aux élections présidentielles de 2012, 2017 (sur les archives) et 2022 (sur le web vivant). La comparaison permet de mettre en évidence la reconfiguration des supports numériques de campagne, et notamment le poids croissant joué par les réseaux sociaux numériques dans les campagnes par rapport aux sites et aux blogs. Les graphes obtenus donnent à voir certaines évolutions constitutives du “parti plateforme”, ainsi de la désinstitutionnalisation partisane au profit de La France Insoumise et de la personne de Jean-Luc Mélenchon. La migration militante de la blogosphère vers les réseaux sociaux est ainsi concomitante d’une reconfiguration du modèle politique. L’analyse de Fabienne Greffet, prudente, invite cependant à prendre en compte les biais et les silences des archives du web, la place moindre des militants pouvant aussi témoigner de leur migration vers des plateformes non collectées par la BnF.

Un observatoire des dynamiques d’opinion

Territoire à cartographier, le web électoral est aussi utilisé comme un observatoire des tendances électorales, des dynamiques d’opinion, voire, dans certains travaux anglo-saxons, comme un instrument de prédiction des résultats qui permettrait de se passer de questionnaires. Julien Boyadjian comme Marta Severo (Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique – Paris, Ile-de-France, Université de Nanterre) sont ainsi revenus sur l’engouement pour l’analyse de corpus twitter, devenu le terrain de jeu des chercheurs en SHS. Si l’expression libre sur le web peut faciliter la traçabilité des opinions et a l’avantage d’être exempte du risque d’imposition de problématique inhérent au sondage, les opinions étudiées dans les corpus de tweet ne sont cependant pas représentatives du corps électoral. Le succès de ces études au sein des humanités numériques s’explique également par la facilité à collecter de données via l’API de twitter, lors d’un âge d’or révolu depuis la reprise de la plateforme par Elon Musk. Marta Severo est également revenue sur les différentes théories de l’opinion (opinion de masse, opinion publique latente, opinion publique activée, opinion des majorités perçues ) sous-jacentes aux méthodes employées pour analyser les données twitter, et sur l’importance de les expliciter.

Chaque projet, chaque création de jeu de données à partir d’une plateforme embarquent systématiquement un besoin d’épistémologie de la source. Il est nécessaire aussi de présenter ces postulats théoriques afin de savoir ce que l’on mesure. Fabienne Greffet plaide ainsi pour un indispensable croisement des méthodes et des sources.

Données de recherche, archives du web : des sources complémentaires

La journée a questionné la complémentarité des archives du web et d’autres sources. Une table ronde animée par Anaïs Crinière-Boizet a permis de recueillir des retours sur la fabrique des collections web électorales : Isabelle Copin (BnF, chargée de collections Presse, Département Droit, Economie, Politique), Laurence Le Bellec (Médiathèque d’Orléans, responsable du Dépôt légal imprimeur), Catherine Soulé-Sandic (Bibliothèque universitaire de Strasbourg, cheffe du département Arts, Langues, Littératures et Aires culturelles) sont revenues sur les pratiques de sélection, l’organisation humaine et la typologie documentaire adoptées, ainsi que sur les difficultés que pose le repérage des sites des candidats avant la parution des listes officielles. La connaissance de la spécificité de cette source est un préalable pour les travaux scientifiques qui la mobilisent. Guillaume Levrier (Laboratoire Interdisciplinaire, Sciences, Innovations, Sociétés, CNRS), chercheur associé à la BnF en 2022 et 2023, s’est intéressé aux débats autour du génome lors des élections présidentielle et législatives ainsi qu’aux imaginaires que ce débat réactive. Il s’attarde sur le caractère singulier de ces matériaux propres au web que sont les commentaires d’anonymes sur les forums. Traces qualitatives mais non représentatives à manier avec prudence, ce sont dans certains cas des indices utiles pour aiguiller l’analyse vers de nouveaux questionnements.

Au-delà de l’analyse de l’usage du web en politique par les partis, les candidats, les militants, que peuvent nous apprendre les archives du web sur des débats préexistants en science politique, par exemple l’émergence d’un espace politique européen transnational  lors des élections européennes ? Peuvent-elles aider à objectiver l’existence de cet espace politique européen, ou au contraire à conforter l’hypothèse largement admise que les enjeux nationaux prédominent dans les débats ? C’est la question que Morgan Le Boulay et Céline Monicolle (SAGE – Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe, Université de Strasbourg) adressent aux archives des élections européennes. Le projet EUROWEB conduira une analyse lexicométrique des archives du web de la BnF et de la Deutsche Nationalbibliothek dans une perspective comparatiste et longitudinale.

La confrontation des terrains d’enquête, et le croisement des différents questionnements présentés lors de cette journée mettent en valeur les complémentarités de ces sources mais également une problématique commune, celle de l’archivage de données éminemment éphémères. Avec des enjeux scientifiques et citoyens de taille, comme l’observe Guillaume Chaslot :  les algorithmes  d’IA ont une part croissante de contrôle de l’information électorale, mais beaucoup des contenus toxiques mis en avant sont supprimés très rapidement après le scrutin. Les difficultés d’accès à l’API de Twitter depuis la reprise de la plateforme par Elon Musk nous rappellent également le caractère fragile des données hébergées par les géants du web, sur des plateformes dont le succès massif peut donner une illusion de pérennité

La préservation des plateformes de réseaux sociaux et de médias constitue un défi pour les archivistes du fait de leur évolution rapide et de leurs politiques de sécurité, comme en témoignent les difficultés rencontrées par la BnF ces dernières années pour collecter les parties publiques de Facebook ou de Twitter. Au regard des enjeux, la question qui se pose est celle de partenariats plus resserrés autour des pratiques de collectes en faisant correspondre des entités des corpus, échangeant sur les sélections documentaires, mais peut-être aussi en considérant que certaines formes de données de la recherche auraient vocation à être archivés avec le même niveau d’engagement que les pages web et les vidéos postées sur le web. En effet, ces données apportent un éclairage sur le fonctionnement des plateformes. Elles font partie de la narration de cette histoire du web politique.

Bibliographie

Amiri Maral et Camile Géraldine, 2020, Quelle durée de vie ont les sites sélectionnés dans les collectes du web électoral ?, https://webcorpora.hypotheses.org/540 , 5 février 2020, consulté le 13 décembre 2023.

Boyadjian Julien, 2022, « Que peuvent apporter le numérique et les “big data” à la politique comparée ? », Revue internationale de politique comparée, 2022, vol. 29, no 2‑3, p. 31‑49.

Boyadjian Julien, 2014, Analyser les opinions politiques sur internet : Enjeux théoriques et défis méthodologiques, These de doctorat, Montpellier 1, s.l.

Boyadjian Julien, Olivesi Aurélie et Velcin Julien, 2017, « Le web politique au prisme de la science des données. Des croisements disciplinaires aux renouvellements épistémologiques », Réseaux, 2017, vol. 204, no 4, p. 9‑31.

Bullich Vincent, 2021, « La “plateformisation” comme déploiement d’une logique organisatrice : propositions théoriques et éléments de méthode », Effeuillage, 2021, vol. 10, no 1, p. 30‑34.

Cervaux Anthony et Faye Alexandre, 2020, « On a voté du bout des doigts » : collecter le web électoral., https://webcorpora.hypotheses.org/896 , 8 septembre 2020, consulté le 29 mars 2022.

Figeac Julien, Ratinaud Pierre et Smyrnaios Nikos, 2022, « Faire campagne sur Facebook : analyse lexicale des publications des mouvements politiques lors de la campagne présidentielle de 2017 », Mots. Les langages du politique, 2022, vol. 130, no 3, p. 143‑162.

Figeac Julien, Smyrnaios Nikos, Salord Tristan, Cabanac Guillaume, Fraisier Ophélie, Ratinaud Pierre et Seffusatti Fanny, 2020, « Information-sharing practices on Facebook during the 2017 French presidential campaign: An “unreliable information bubble” within the extreme right », Communications, 1 novembre 2020, vol. 45, no s1, p. 648‑670.

Greffet Fabienne, 2022, « Les partis politiques par temps de plateformes. Mobilisations électorales, transformations organisationnelles, initiatives citoyennes », Réseaux, 2022, vol. 236, no 6, p. 9‑33.

Greffet Fabienne, 2011, « Introduction. Le web, espace de luttes partisanes » dans Continuerlalutte.com, Paris, Presses de Sciences Po (coll. « Académique »), p. 15‑37.

Lewis Paul, 2018, « “Fiction is outperforming reality”: how YouTube’s algorithm distorts truth », The Guardian, 2 févr. 2018.

Lewis Paul et McCormick Erin, 2018, « How an ex-YouTube insider investigated its secret algorithm », The Guardian, 2 févr. 2018.

Merrer Erwan Le, Tredan Gilles et Yesilkanat Ali, 2023, « Modeling rabbit-holes on YouTube », Social Network Analysis and Mining, 2023, vol. 13, no 1.

Neihouser Marie, Boyadjian Julien et Theviot Anaïs, 2022, « “Campagnes électorales et numérique : regards croisés à l’international” – Avant-propos », Revue internationale de politique comparée, 2022, vol. 29, no 2‑3, p. 7‑29.

Neihouser Marie et Figeac Julien, 2024, « Bringing the campaign closer to the voters: Facebook in partisan-managed campaigning in France », Communications, 26 janvier 2024.

Pariser Eli, 2012, The filter bubble :  what the Internet is hiding from you, London, Penguin books.

Signoret Perrine, 2017, « L’algorithme de YouTube met-il en avant certains candidats à la présidentielle ? », Le Monde.fr, 14 avr. 2017.

Theviot Anaïs, 2019, Big data électoral :  dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter ?, Lormont, le Bord de l’eau (coll. « Territoires du politique »), vol. 1/, 197 p.

Theviot Anaïs, 2023, Gouverner par les données ? :  pour une sociologie politique du numérique, Lyon, ENS éditions (coll. « Gouvernement en question(s) »), vol. 1/, 286 p.

Theviot Anaïs, 2019, Médias et élections :  les campagnes 2017, primaires, présidentielle et législatives françaises, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (coll. « Espaces politiques »), vol. 1/, 256 p.

AlgoTransparency, https://algotransparency.org/, consulté le 13 décembre 2023.

Awsome algorithms, https://github.com/erwanlemerrer/awesome-audit-algorithms, consulté le 13 décembre 2023.

Respadon | Stories : Structuration des communautés politiques, https://respadon.medialab.sciencespo.fr/politiquestories/, consulté le 13 décembre 2023.



Citer ce billet
florianhorrein (2024, 31 janvier). Vingt ans de web électoral. Web Corpora . Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vq5n

  1. Ces plateformes sont à la fois des réseaux sociaux reliant des communautés d’usagers, des artefacts techniques avec des interfaces web qui embarquent des procédés de captation de l’attention et d’interaction spécifiques (notifications, partages, like, etc.), mais aussi des entreprises dont le modèle économique repose sur l’enregistrement en continu de données sur les usagers et leurs actions. Voir l’article de Vincent Bullich cité en bibliographie. []
  2. Etudes réalisées avec Marie Neihouser et Cabanac G., Fraisier O., Le-Coz F. Ratinaud P., Salord T., Seffusatti F, Smyrnaios N : voir les articles cités en bibliographie. []
  3. L’effet “bulle de fitlre” a été défini notamment par Eli Pariser. Cette personnalisation des contenus peut avoir pour résultat un écart croissant des contenus proposés à l’usager par rapport aux contenus types, et un rétrécissement de la diversité politique des contenus proposés en fonction des actions de l’usager sur la plateforme, voire une distorsion de la réalité représentée, enfermant l’usager dans une bulle de désinformation et de radicalisation. []
  4. l’application Archive de l’internet utilisée à la BnF et dans les bibliothèques partenaires repose sur le socle technique de la Wayback Machine d’Internet Archive []
  5. Ce datasprint, organisé par le médialab et la direction des ressources de l’information scientifique de Sciences Po, s’est tenu au BnF Datalab en avril 2022. Il avait pour but d’explorer pour la première fois les archives du web avec le logiciel Hyphe développé par le médialab et de dégager des pistes méthodologiques : voir https://respadon.medialab.sciencespo.fr/. En savoir plus sur le projet ResPaDon : https://www.collexpersee.eu/projet/respadon/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search