Les Archives de l’internet comme axe de coopération territoriale

La BnF associe le réseau des 26 bibliothèques régionales avec lesquelles elle partage la mission de dépôt légal aux enjeux de l’accès aux archives de l’internet et de leur constitution. Tandis que l’accès distant à ces archives se déploie progressivement au sein de ce réseau, en métropole comme en outremer, les bibliothèques participent aux sélections effectuées pour des collectes ciblées, principalement dans le cadre des campagnes électorales, mais aussi en vue de constituer des collections de sites d’intérêt régional.


The Bibliothèque nationale de France (BnF) shares the mission of legal deposit with a network of 26 regional libraries, and works with them on issues of access to the internet archives and their constitution. While remote access to the archives is being gradually deployed across this network, in both mainland France and overseas territories, the libraries participate in the selection process for focussed harvests, mainly in the context of electoral campaigns, but also in order to constitute collections of websites with a regional interest.


La BnF coopère avec un réseau de 26 bibliothèques territoriales avec lesquelles elles partagent la mission de dépôt légal. Ces bibliothèques collectent plus de 330 000 documents par an auprès des imprimeurs, tandis que la BnF conserve les documents provenant des éditeurs. C’est ce statut conféré par les articles R131-1 à R133-1 du Code du patrimoine, complété par l’arrêté du 16 septembre 2014 du ministère de la Culture et de la Communication fixant la liste des organismes habilités, qui autorise ces bibliothèques en régions à donner accès aux archives de l’internet conservées par la BnF.

Les collectes collaboratives

La coopération avec les BDLI dans le domaine du web est toutefois plus ancienne : depuis 2004, elles participent à des sélections de sites à collecter de manière plus approfondie et plus régulière, à cause de leur intérêt local. Ceci est particulièrement vrai pour les sites électoraux.  Lors des élections présidentielles et législatives de 2012, ce sont environ 10 000 sites qui ont été sélectionnés par une vingtaine de BDLI. Celles-ci ont déjà été également mobilisées pour les élections législatives de 2017.

D’autres sélections d’intérêt local peuvent être effectuées, en fonction d’événements particuliers (référendum en outremer) ou tout simplement pour assurer la meilleure couverture des sites culturels, économiques, ou institutionnels des régions. Ainsi, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg a constitué une collection d’ « Alsatiques en ligne » depuis 2013, et la médiathèque Emile Zola de Montpellier opère une sélection de sites sur l’occitan. De même, la bibliothèque de Nancy sélectionne des sites présentant un intérêt pour la Lorraine, dans le prolongement du fonds documentaire régional.

La mise en place de l’accès distant : une solution légère

Le déploiement de ce service s’effectue de manière progressive, depuis deux ans. Actuellement, 16 bibliothèques en bénéficient, en métropole et en outremer. La BnF a opté pour une solution légère. L’installation d’un programme sécurisé sur un ou plusieurs postes de la bibliothèque en région permet l’interrogation des serveurs de la BnF et la consultation des archives du web, comme si la personne était sur place, dans une salle de lecture de la BnF. Ces postes informatiques sont dédiés, mais non réservés : ils peuvent accueillir les autres applications informatiques de la bibliothèque. L’ouverture au public de cet accès distant s’effectue après l’organisation d’une formation sur place à destination des agents de la bibliothèque. C’est alors l’intégralité de la collection qui est consultable, dans les mêmes conditions qu’à la BnF.

Un point d’accès régional pour les chercheurs 

Cet accès n’est pas uniquement réservé aux usagers habituels de la bibliothèque. Il intéresse tous les chercheurs (universitaires ou non), les spécialistes des média, des sciences politiques, les sociologues, les chercheurs en sciences humaines de manière générale : toute personne ayant un intérêt à se plonger dans la mémoire de l’internet français. Il est donc important que l’information soit largement diffusée au niveau local et régional et que les universités soient pleinement associées.

La presse quotidienne régionale : une ressource locale importante

Parmi les ressources documentaires collectées, qui peuvent être facilement valorisées localement, citons les titres de presse numériques. Pour permettre aux usagers de retrouver facilement les articles relatifs à leur sujet de recherche, 42 titres et plus de 320 éditions locales sont collectés quotidiennement au format PDF, parmi lesquels La Montagne, les Dernières Nouvelles d’Alsace, le Dauphiné libéré, le Progrès, l’Est républicain, Midi Libre, Ouest-France, la Dépêche du Midi, la Charente Libre, etc.)

Frédéric-David Martin


La carte actualisée des bibliothèques donnant accès aux archives de l’internet est consultable via cet URL : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/ou-consulter-les-archives-de-linternet-de-la-bnf_73737#6/46.370/3.450

 

La vidéo de l’intervention :

Archives de l’internet et territoiresFabienne Greffet, enseignante-chercheuse (IRENEE / PACTE), David Lesvenan, président de l’association www.bzh, Frédéric-David Martin, adjoint à la directrice du département de la coopération (BnF), Jérôme Schweitzer, responsable du pôle d’excellence « Alsatiques » (BNU), Marta Severo, enseignante-chercheuse (Univ. Lille 3), Géraldine Poels, responsable de la valorisation scientifique (Ina).

23 novembre 2016. Durée : 37 min


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *