Les archives web du Coronavirus. Image de fond de la page web "Coronavirus" sur lumni.fr

Les archives web du Coronavirus : une entreprise collective

Par Alexandre Faye

La pandémie mondiale actuelle du coronavirus (Covid-19) représente un défi inédit pour le dépôt légal du web. L’impact sur la société est tel que la collecte en cours met en jeu plusieurs niveaux de coordination et de coopération au niveau national et international.

Depuis sa diffusion hors de Chine et l’apparition d’un nouveau centre épidémiologique en Europe, le coronavirus est devenu omniprésent sur le web. Vécue en temps réel par une humanité largement confinée et connectée, la crise sanitaire se vit à la fois sur le rythme de l’urgence et sur celui plus sous-jacent des remises en cause. Les sites web, blogs et médias sociaux archivés se doivent de former une collection cohérente, significative et représentative. Ils sont les futures sources primaires des travaux de recherche à venir et, déjà, la trace et la mémoire de l’événement.

#jenesuispasunvirus

Fin janvier 2020, alors que la mégapole de Wuhan est mise en quarantaine par les autorités chinoises, les hashtags # JeNeSuisPasUnVirus et # CORONAVIRUSENFRANCE font leur apparition sur Twitter. Ils dénoncent et témoignent de la stigmatisation vécue par les membres de la communauté asiatique en France. Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) publiera rapidement une page « un virus n’a pas d’origine ethnique » sur son site web.  Ce sont les premiers contenus directement sélectionnés sur la crise sanitaire du coronavirus (COVID-19) au titre  du dépôt légal du web.

Dynamique de sélection

La collecte sur le coronavirus n’est pas conçue comme un projet, au sens où elle serait programmée, répondrait à un calendrier précis et relèverait d’un nombre limité de thématiques déterminées. L’archivage fut initié et se poursuit dans le cadre des collectes Actualités et Actualité éphémère. La collecte Actualités regroupe une centaine de sites de presse nationale et régionale dont la une, les articles liés et les comptes Twitter sont collectés une fois par jour. La collecte Actualité éphémère, qui est un dispositif à la fois technique et organisationnel, s’appuie sur la coordination d’un réseau interne de correspondants référents pour leur discipline. Il facilite une sélection documentaire dynamique, réactive et déterminée par les enjeux contemporains et l’actualité immédiate. En documentant l’évolution, la progression et l’impact global de la pandémie en France, la politique d’archivage embrasse toutes les facettes de la crise sanitaire : aspects médicaux, sociaux, économiques, politiques et plus largement scientifiques, culturels et moraux.

Un virus n'a pas d'origine ethnique. Communication du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP)
Un virus n’a pas d’origine ethnique. Communication du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP). Archive du 21 février 2020

Les 70 premières ressources web ont été sélectionnées au mois de janvier et février, alors que la propagation du virus en dehors du foyer chinois du virus semble limitée et contrôlable. Après la mise en place du confinement, à la date du 17 mars, ce sont 500 à 600 sélections qui sont réalisées par semaine pour des collectes qui s’effectuent selon différentes périodicités : plusieurs fois par jour pour les réseaux sociaux, une fois par jour pour les sites de presse nationale et régionale, une fois par semaine pour les rubriques d’actualité dédiés au coronavirus, une fois par mois pour les pages d’information et les sites créés ad-hoc. Ainsi la rubrique de la revue spécialisée L’Usine nouvelle (https://www.usinenouvelle.com/covid-19) est collectée chaque semaine, car elle se présente comme une flux d’articles économiques. Moins dynamiques, les pages de recommandation de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRES), sont récupérées à un rythme mensuel (http://www.inrs.fr/actualites/COVID-19-travail.html).

A la mi-avril 2020, ce sont donc plus de 2000 sélections et configurations correspondantes des paramètres de collecte qui ont été effectuées. Cette réactivité est d’autant plus nécessaire que certaines pages web sélectionnées en première phase de l’épidémie ont déjà disparu du web vivant.


La dimension territoriale

L’approche spatiale est également au cœur de la dynamique d’archivage. Le web n’efface pas complètement les logiques territoriales, comme le constatent les travaux de recherche menés sur la question. On peut même penser que celles-ci se trouvent renforcées au moment où la France est touchée par la crise sanitaire, puisque celle-ci coïncide avec la campagne des élections municipales.

Les correspondants territoriaux sont donc spontanément venus enrichir la collecte sur la crise sanitaire du  coronavirus et contribuent à la prise en compte des contenus d’intérêt local et régional. Ce réseau des correspondants territoriaux est une pièce essentielle du dispositif de coopération nationale. Initié en 2015 par la BnF, il s’appuie sur le dispositif des bibliothèques de dépôt légal imprimeur, soit 26 bibliothèques territoriales et services d’archives qui partagent également la mission de dépôt légal du web en participant aux collectes collaboratives. Sa contribution est essentielle, puisqu’un peu plus de 50% des sites sélectionnés à la date du 15 avril font référence à des territoires.

Page d'information de l'ARS Guyane sur la téléconsultation.
Un accès simplifié à la téléconsultation. ARS Guyane. Capture du 5 avril.

Corollairement, le choix a été fait de ne pas mettre un terme à  la collecte « Elections municipales 2020 » après le premier tour de scrutin et ce malgré l’interruption du processus électoral. En particulier, ont été maintenus les comptes Twitter et les pages Facebook des candidats élus au premier tour et ceux de l’ensemble des candidats pour les villes où le scrutin reste ouvert. Ces archives, expression des maires et des candidats sur le web  durant les quelques semaines qui ont précédé et suivi le premier tour, apparaissent déjà comme une source essentielle aussi bien pour l’histoire électorale et que pour celle du coronavirus en France.

Carte de l'abstention dans l'Oise publiée sur le site de francetvinfo
Dans le « cluster » de l’Oise, l’abstention bat des records à cause du coronavirus. francetvinfo.fr. Capture du 16 mars 2020.

Coopération internationale

Au niveau international, la BnF apporte sa contribution et celle de ses partenaires au projet d’archivage “Novel Coronavirus (2019-nCoV) outbreak” . Cette initiative lancée en février 2020 est portée par le Content Development Group (CDG) du consortium International Internet Preservation Consortium (IIPC) en association avec Internet Archive. Elle rassemble une trentaine de bibliothèques et institutions, qui contribuent à identifier sur le web des sites et contenus en lien avec la pandémie mondiale en vue de leur archivage. Début avril, les archives de 3800 sites représentant 39 langues avaient été mises en ligne sur archive-it.org et indexées en plein texte.

Carte des contributeurs au projet d’archivage “Novel Coronavirus (2019-nCoV) outbreak”
Carte des contributeurs au projet d’archivage “Novel Coronavirus (2019-nCoV) outbreak”

La BnF poursuit depuis de nombreuses années une politique de coopération avec l’IIPC, organisation qui œuvre à la constitution et à la promotion des archives du web à l’échelle internationale (note : Le consortium IIPC fédère au niveau international les acteurs de l’archivage du web). L’un des enjeux de la recherche est de faciliter les comparaisons des différents web nationaux, en particulier pour les phénomènes globaux et transnationaux de #MeToo à la crise sanitaire actuelle. Une première contribution, comprenant 80 sélections, fut envoyée fin février au consortium IIPC. Ces sites web, pages de blog et hashtags correspondent à des contenus identifiés sur le web lors de la première phase de l’épidémie, avant que l’Europe devienne courant mars le principal foyer contagieux devant la Chine. Certaines de ces pages ont d’ailleurs déjà disparu du  web vivant.

Il s’agit  désormais de proposer une contribution resserrée, qui réponde au besoin documentaire exprimé par IIPC sur la propagation de l’épidémie, les dispositifs publics mis en place pour contrôler l’épidémie, les aspects médicaux de la maladie et ses conséquences politiques, économiques et sociales.

En exemple, le site hôte https://dc-covid.site.ined.fr de l’INED qui renseigne sur la surmortalité observée, le compte Twitter du consortium REACTing qui relaie des informations sur les essais cliniques en cours, les articles de www.redactionmedicale.fr consacrés à la communication scientifique correspondent bien à cette politique partagée.

Article de Nicole Bertin. Interview du Dr François Ehlinger au sujet des EHPAD.
Dr François Ehlinger au sujet des EHPAD. Blog Nicole Bertin Infos. L’information journalistique en Charente-Maritime. Capture le 3 avril 2020

Penser l’après

D’autres contenus sélectionnés par la BnF et ses partenaires sont plus constitutifs d’une mémoire collective de l’événement. A la mi-avril, la part des réseaux sociaux représentait près de 40% des sélections avec une prédominance de Twitter par rapport à Facebook. Si une part importante est consacrée à des comptes officiels, notamment d’institutions ou d’associations (@AssembleeNat, @restosducoeur, @banlieuesante…), aux comptes créés ex-nihilo (@CovidRennes, @CoronaVictimes, @InitiativeCovid…), ce sont en définitive les hashtags qui dominent les sélections.

L’objectif est d’archiver une part représentative des expressions individuelles et collectives en capturant des tweets autour des hashtags les plus significatifs : multiples déclinaisons des termes coronavirus et confinement (#coronavacances, #ConfinementJour29), critique de la gestion de la crise (#OuSontLesMasques, #OnOublieraPas), relais des consignes et expression de solidarité témoignant d’une mobilisation citoyenne originale et très caractéristique de l’évènement (#OnApplaudit, #festivaljerestealamaison), tout en suivant le cours de l’actualité (#chloroquine, #Luxfer).

Les journaux du virus de Daniel Bourrion sur le site face-ecran.fr
Daniel Bourrion, “Les journaux du virus” sur face-ecran.fr. Capture du 3 avril.

Les archives produites en lien avec le coronavirus, parce qu’elles rendent compte des conséquences de la crise sanitaire et du confinement dans différents domaines, finissent également par chevaucher des thématiques auxquelles la BnF et ses partenaires accordent une attention particulière et pour lesquelles des collectes ciblées ont été ou seront menées. A titre d’exemples, on peut citer la littérature numérique et les journaux de confinement, le rapport social au corps et les politiques publiques de santé, l’épidémiologie et l’intelligence artificielle, la vie de famille en période de confinement et le féminisme.

L’après ne pourra donc se réduire à une forme unique de valorisation de ces archives, qui restent toujours en cours de constitution. Elles ne sont pas un projet fermé et délimité. Elles ont une valeur documentaire pour de nombreux projets et une valeur mémorielle pour tous.

Secrétariat d'Etat chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. Guide des parents confinés. 50 astuces de pro.
Guide à destination des parents confinés. Secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. Capture du 10 avril.

Références des illustrations

  • Dossier Coronavirus sur Lumni.fr. Archive du 15 mars 2020
  • Un virus n’a pas d’origine ethnique. Communication du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP). Archive du 21 février 2020
  • Un accès simplifié à la téléconsultation. ARS Guyane. Capture du 1 avril. (Archives de l’Internet, BnF. Accès sur place)
  • Dans le « cluster » de l’Oise, l’abstention bat des records à cause du coronavirus. francetvinfo.fr. Archive du 16 mars 2020.
  • Les contributeurs au projet d’archivage “Novel Coronavirus (2019-nCoV) outbreak”. Carte mise à jour par IIPC.
  • Dr François Ehlinger au sujet des EHPAD. Blog Nicole Bertin Infos. L’information journalistique en Charente-Maritime. Archive le 3 avril 2020
  • Daniel Bourrion, “Les journaux du virus” sur face-ecran.fr. Archive du 3 avril.
  • Guide à destination des parents confinés. Secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. Archive du 10 avril.


4 réflexions sur « Les archives web du Coronavirus : une entreprise collective »

    1. Merci de nous avoir fait part de votre projet.

      Le service du Dépôt légal numérique, dont relève la gestion des archives de l’internet, prévoit une première opération d’archivage de comptes Instagramm pour cet été. Il s’agit pour nous d’une collecte spécialisée, délimitée dans le temps et dédiée à la crise du coronavirus. Nous sommes heureux à ce titre de pouvoir y intégrer votre compte, qui répond bien à notre politique. Après collecte, la capture du site sera consultable dans les collections des archives de l’internet, accessibles dans les salles de recherche de la BnF et des bibliothèques partenaires en région. Cependant, la Bibliothèque ne peut garantir l’exhaustivité ni la qualité de la collecte compte tenu des difficultés techniques qui pourraient se présenter.

      Bonne continuation à vous.

      Alexandre pour Web Corpora.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.