« On a voté du bout des doigts » : collecter le web électoral.

Par Anthony Cerveaux et Alexandre Faye

Depuis 2002, les équipes de la Bibliothèque nationale de France (BnF) archivent le web électoral. Si l’infrastructure technique dépend toujours de la BnF, la participation des bibliothèques territoriales est devenue primordiale et a permis d’élargir le périmètre géographique de la collecte. Lors de la crise sanitaire du Coronavirus (Covid-19) et malgré les incertitudes qui pesaient sur le calendrier électoral, les équipes sont restées mobilisées et ont rapidement décidé de poursuivre la collecte jusqu’à la mise en place des nouveaux conseils municipaux.

Un périmètre élargi à 120 communes

Pour la campagne des municipales de 2020, les 19 bibliothèques territoriales participantes ont été associées à la définition du périmètre géographique de la collecte. Lors de l’élection précédente de 2014, une liste de 50 communes avait été établie. Le choix pour 2020 a été d’élargir cette liste en y incluant les préfectures pour privilégier une répartition territoriale uniforme et de prendre en compte également une  dizaine de villes de plus de 100 000 habitants. Ce sont donc 120 communes, réparties sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultra-marin, qui ont été retenues comme nouveaux points de départs de cette collecte. Chacune des bibliothèques participantes a pris en charge les communes de son territoire, à partir d’un découpage correspondant aux anciennes régions.

Cartographie Villes 2020
Villes sélectionnées hors France d’outre-mer dans le cadre de la collecte consacrée aux élections municipales de 2020. Un travail de recensementplus exhaustif a été mené pour 120 communes : capture des sites des listes candidates, des comptes des candidats sur les réseaux sociaux, des chaînes vidéos.

Cette collecte plus ambitieuse a mobilisé une cinquantaine de correspondants pour les bibliothèques partenaires et une vingtaine pour la Bibliothèque nationale de France, chargés des régions non couvertes (Ile-de-France, Pays de la Loire, Limousin, Picardie, Champagne-Ardenne et Corse). Tous ont participé durant 8 mois, de novembre 2019 à juin 2020, à la veille, au repérage et à la sélection des sites à préserver.

Une collecte particulièrement longue

La campagne municipale de 2020 a été bouleversée par la crise du Coronavirus (Covid-19). A l’issue du premier tour, le 15 mars 2020, le scrutin fut interrompu et la tenue d’un deuxième tour dans les mois à venir devenait incertaine au vu de la rapide dégradation de la situation sanitaire. Les équipes ont néanmoins décidé de rester mobilisées et de prolonger la collecte jusqu’à la mise en place des nouveaux conseils municipaux. Les paramètres de collecte ont été adaptés à la nouvelle situation quelques semaines après le premier tour afin d’ajuster les ressources allouées à ce projet. Les ressources techniques libérées ont été réallouées à la collecte sur le Coronavirus (Covid-19), qui prenait rapidement de l’ampleur. En particulier, la collecte des réseaux sociaux a été ralentie, sans toutefois être interrompue, jusqu’à la tenue du second tour où elle fut reprise à son rythme initial de trois captures quotidiennes. Ce choix a permis de suivre l’évolution de la campagne durant l’entre-deux-tours ainsi que l’impact de la pandémie dans les réactions politiques et la vie des communes.

Communiqué de la liste "Osons Poitiers"
Refus de fusion. Communiqué de la liste « Osons Poitiers ». Capture du 28 mai 2020.

Fin juin, le processus de collecte fut pleinement relancé afin de suivre le second tour du scrutin et de capturer les réactions sur le web à l’annonce des résultats électoraux.

Calendrier de la collecte
Calendrier de la collecte menée pour les élections municipales de 2020

La diversité du web électoral

L’objectif de la collecte est de capturer les contenus politiques au sens large en vue de leur conservation et de faciliter les recherches sur le corpus constitué. Comme pour chaque collecte électorale, un équilibre idéologique a été maintenu, autant que possible, entre les différents courants de pensée qui s’expriment en ligne. La diversité des débats et toutes les grandes tendances se manifestant sur le web ont été couvertes afin de respecter la représentativité et le pluralisme politique et idéologique disponible sur la toile.

Les propositions de la liste Auch2020
Les propositions de la liste Auch2020. auch2020.fr/nos-propositions. Capture du 23 mars 2020.

Les sélections s’attachent à cerner l’espace numérique des candidats : sites officiels, blogs, chaînes vidéo, comptes Twitter et Facebook, sur lesquels se déploie la communication politique.

« Le développement progressif d’une communication « impliquante », qui cherche à fédérer les soutiens et à pousser les sympathisants à l’action » (Fabienne Greffet, 2017), conduit à une démultiplication des supports de communication et accentue l’importance des réseaux sociaux (Twitter et Facebook) dans les sélections. Les candidats peuvent communiquer à partir de plusieurs comptes, qui jouent comme autant de caisses de résonance : compte personnel nominatif, compte au nom de la liste ou encore hashtag identifiant la commune et l’enjeu électoral comme dans les exemples suivants : Twitter.com/aveccollomb2020 ; Twitter.com/2020Valence ; hashtag/BastiaPiùForte. Comme pour les sites web dédiés, la durée de vie de nombreux comptes créés uniquement pour l’occasion se révèle être très courte (Maral Amiri et Géraldine Camile,  2018).

De nombreuses listes candidates ont mis en place des chaînes vidéo Youtube, démontrant que cet outil de communication est désormais plus facile à mettre en place même si son impact en terme d’audience reste discuté (Thierry Vedel, 2017 ). La collecte vidéo, lancée en juillet, a porté sur 272 chaînes Youtube. Outre les vidéos proprement dites, la capture d’une chaîne permet de conserver dans les archives des données liées à sa publication comme la description de la chaîne ou le nombre de vues.

La catégorie des « Sites des candidats en campagne » constitue de fait l’ensemble numériquement le plus important des sélections. Cette catégorie regroupe à la fois les sites web, les chaînes vidéo des listes candidates, ainsi que les comptes officiels ouverts par les candidats à leur nom sur  les réseaux sociaux.

Evolution des sélections entre 2014 et 2020
Archives du web : évolution des sélections entre les municipales de 2014 et 2020 (pourcentage relatif de chaque catégorie lors des deux campagnes municipales). La communication politique continue de se déployer sur les réseaux sociaux. Le développement de hashtags liés à la campagne explique en partie l’essor de la catégorie « expressions individuelles et communautaires sur l’Internet » et le recul de la catégorie « sites des candidats en campagne ». Certaines sélections pourraient d’ailleurs figurer dans l’une ou l’autre de ces deux catégories (exemple : compte personnel de colistier).

Le web électoral ne se résume cependant pas à la seule communication politique.

La collecte porte également sur les espaces militants et plus largement sur les contenus émanant du corps social (association, syndicat, expression libre). Les élections sont en effet l’occasion pour les associations militantes de demander aux candidats de prendre des engagements sur différentes causes et de faire valoir leur point de vue aussi bien au niveau national que local. On peut ainsi citer, à titre d’exemple, les sélections suivantes : cantinesansplastique.wordpress.com ; placeauvelo-nantes.fr qui a consacré une page du site aux engagements des candidats en faveur du vélo, anticor.org (lutte contre la corruption) ou bien politique-animaux.fr qui a mis en place une rubrique dédiée « Municipales-2020 ».

Les médias en ligne, en particulier la presse locale, font également l’objet de captures régulières. Ces archives représentent à la fois des sources d’information factuelles et un témoignage de la réception médiatique des événements, débats et polémiques qui auront marqué la campagne électorale : circulaire Castaner, affaire Griveaux, cybersquatting et bien évidemment développement de la crise sanitaire. Les captures des rubriques consacrées aux élections municipales permettent en outre d’élargir la couverture territoriale. En visitant à une fréquence régulière ces pages dédiées, le robot de collecte capture des articles consacrés à des communes plus petites et archive également les lives ou directs mis en place pour les soirées électorales.

S’il est difficile de pouvoir être exhaustif pour ces contenus plus nombreux et plus dispersés que ne le sont les espaces numériques des candidats, les sélections s’attachent à donner autant que possible une vision représentative de l’ensemble des expressions qui constituent le web électoral. La catégorie « Expressions individuelles et communautaires sur l’internet » est d’ailleurs en nette progression entre les deux élections. Il s’agit cependant d’une catégorie plus brouillée puisqu’elle inclut également des formes de communication politique moins formelle et moins distanciée en particulier via l’utilisation des hashtags sur le réseau Twitter.

Le brouillage des étiquettes

Lors du processus de sélection, les « Sites des candidats en campagne » et les « Sites des formations politiques » se voient attribuer une couleur politique. Choisi par le correspondant, ce mot-clé reprend le nom du parti qui a investi le candidat ou à défaut une nuance politique. Ce travail est assez proche  de l’étiquetage et du nuançage menés par les préfectures et en reprend d’ailleurs les « catégories » établies dont la nouvelle catégorie « divers centre ».

Pour les préfectures, dont l’activité est encadrée juridiquement – en particulier par la nouvelle circulaire Castaner du 3 février qui a abaissé le seuil de l’étiquetage obligatoire à 3500 habitants, après une première proposition à 9000 suspendue par le Conseil d’État, et qui a introduit une nouvelle nuance « Divers centre » – , cette pratique permet de rendre compte de l’évolution des grands équilibres politiques à chaque scrutin. Dans le cadre des archives du web, la catégorisation est un choix organisationnel qui profite au  repérage et au travail de sélection des sites des listes candidates. L’objectif est également de faciliter les futures recherches dans les archives du web électoral et de permettre des analyses comparatives sur plusieurs scrutins.

Osons Poitiers
Pourquoi Poitiers Collectif ne fusionne pas avec Osons 2020. web86.info. Capture du 12 juin 2020. Débat de l’entre-deux-tours à Poitiers autour de la « nouvelle Gauche plurielle » et d’un « nouvel hégémonisme écologique ».

L’étiquetage et le nuançage se sont révélés particulièrement délicats pour cette élection. Une partie des candidats a souhaité faire campagne sans étiquette, de nouvelles listes citoyennes se sont présentées ou ont pu s’associer avec des partis plus traditionnels. Alors même que le paysage politique est en recomposition, les correspondants ont parfois éprouvé des difficultés à identifier le parti politique d’appartenance des candidats ou leur positionnement.

Face au brouillage des appartenances partisanes, le choix a été fait d’indiquer plus d’un parti en mots-clés si plusieurs partis apportaient leur soutien à une liste, de recourir s’il en était besoin aux catégories « union » et « divers » qui permettent de nuancer l’appartenance politique, mais aussi d’utiliser le cas échéant la catégorie « sans étiquette ».

Le phénomène croissant de refus des étiquettes : tendance 2014-2020. Part des sélections dans la catégorie « sites des candidats » considérée comme étant « sans étiquette », relevant d’union ou d’une nuance « divers droite », dont la nouvelle catégorie « divers centre ». Les candidats des villes de plus de 3500 habitants sont invités à déclarer leur affiliation politique (circulaire Castaner du 3 février). C’est l’étiquette. Dans les faits de nombreux candidats ne se retrouvent pas ou ne souhaitent pas être rattachés à un parti et ce sont les préfets qui leur attribuent alors une nuance. Les correspondants procèdent selon la même logique lors de leur sélection. Cependant l’accentuation du brouillage politique, le rejet des étiquettes et la prévalence des enjeux locaux sur les débats nationaux, rendent le nuançage plus délicat. L’attribution « sans étiquette » a dont été retenu dès lors qu’elle semblait correspondre au positionnement et/ou à la communication de la liste candidate.

Bilan

Lors d’une élection, la conjoncture est toujours importante. Les élections municipales de 2020 n’ont pas échappé à la règle. Le contexte inédit de la crise du Coronavirus (Covid-19) a conduit un taux d’abstention historique de 55% et à un second tour inédit sans contact et éloigné dans le temps (Theviot, 2020).

Ce contexte et l’adoption d’un périmètre de collecte plus ambitieux ont conditionné les sélections : 4 658 URLs de départ ont été saisis pour cette collecte. L’archive totale représente 62 millions d’URLs, soit une progression de 5 millions par rapport à l’élection de 2014.

Références bibliographiques

Fabienne Greffet, Internet et territoires dans la recherche sur les campagnes électorales en ligne. In Webcorpora 2017

Maral Amiri et Géraldine Camile, Quelle durée de vie ont les sites sélectionnés dans les collectes du web électoral ? In Webcorpora, 2018

Thierry Vedel, Internet et les réseaux sociaux dans la campagne présidentielleles réseaux. in Cogito, 2017

Anaïs Theviot, Municipales 2020 : le recours au numérique pour une campagne « sans contact ». In The conversation, juin 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.