Tous les articles par Anaïs Crinière-Boizet

Les collectes régionales du web

Par Lucie Behr, Francisco Calderon, Eve Charras, Anaïs Crinière-Boizet, Arnaud Dhermy et Catherine Soulé-Sandic

Le 9 novembre 2021 s’est tenu en visioconférence un webinaire consacré aux collectes régionales du web qui, dans le cadre de la coopération entre la Bibliothèque nationale de France et ses Pôles associés en région, offrent la possibilité aux bibliothèques de dépôt légal imprimeur de sélectionner des sites en lien avec leur territoire afin qu’ils soient collectés puis archivés par la BnF. Après une introduction sur le cadre de cette coopération et le dépôt légal de l’internet, le webinaire a donné lieu à une table ronde sur la création et les perspectives de valorisation de ces collectes régionales à partir des exemples des trois collectes existantes, Alsatiques, Montpellier-Languedoc-Roussillon et Lorraine. 

Introduction

La coopération entre la BnF et les BDLI…

Arnaud Dhermy, Chef de la mission Coopération régionale, Communication, Formation, Département de la Coopération, Bibliothèque nationale de France

Le réseau des BDLI constitue le premier cercle des établissements documentaires au sein duquel s’est bâti hier et se développe aujourd’hui le patrimoine écrit national : conservatoire de l’activité éditoriale des territoires, à présent et désormais élargi aux ressources disponibles sur le web.

C’est aussi dans ce périmètre que se structure la valorisation du patrimoine écrit, son accessibilité, sa mise à disposition  à travers son signalement bien sûr, sa numérisation ensuite, dans le cadre de chantiers concertés, mais aussi dans le cadre de médiations partagées : toutes ces actions relevant de près ou de loin de la coopération avec la BnF, d’un catalogue à l’autre, d’une plateforme numérique à l’autre, d’un espace de médiation à l’autre, selon l’identité, l’historique, les publics et la programmation culturelle de chaque établissement.

Dans le domaine de la collecte des archives du web, deux équipes de la BnF sont à votre disposition : le service du Dépôt légal numérique (DLN) et la Mission Coopération régionale, Communication, Formation (MCR), autour desquelles s’articule notre collaboration.

La MCR poursuit avec vous le chantier multiforme que représente la politique documentaire d’une collection numérique nationale en construction et ses différents axes de développements.

Le DLN travaille avec vous sur tout ce qui touche aux modalités de collecte des sélections que vous souhaitez voir effectuées dans ce cadre de construction, au titre spécifiquement des archives de l’internet.

La cohérence d’un tel chantier national : à partir de ce qui est rétronumérisé et en même temps à partir de ce qui est nativement disponible en ligne, apparaît clairement dans les présentations qui vont être faites dans ce webinaire.

Certains axes pourraient encore être prolongés ; il n’en manque pas (la presse locale, les langues de France, les actualités régionales, etc.) sur ce qui touche à notre préoccupation commune, à savoir : documenter les territoires, préoccupation qui constitue l’axe majeur de la coopération de la BnF avec vous tous, partenaires des territoires, notamment dans le cadre du réseau des pôles associés.

Consulter le diaporama

…dans le cadre du dépôt légal du web

Anaïs Crinière-Boizet, Responsable de la coopération au service du Dépôt légal numérique, Département du dépôt légal, Bibliothèque nationale de France

Le point de départ de ce webinaire est un paradoxe. Alors que le web est censé abolir les distances et les frontières et permettre un contact continu avec le monde entier, force est de constater qu’il existe toujours un “fait local” en ligne comme en témoigne notamment les administrations, entreprises et associations qui mettent en avant leur ancrage territorial grâce à des extensions régionales par exemple. L’enjeu est donc pour la BnF dans le cadre de sa mission de dépôt légal de l’internet de capter ce web régional qui constitue aussi le patrimoine local et de donner aux acteurs les plus compétents en la matière, le réseau des BDLI (fortes de leur expérience de collecte et d’actualisation des fonds régionaux au travers notamment de leur mission de dépôt légal imprimeur) l’opportunité de sélectionner des contenus locaux (sites, blogs, comptes de réseaux sociaux) au travers des collectes régionales du web et de valoriser ces contenus.

Consulter le diaporama

 

Table ronde

1er sujet : Comment créer une collecte régionale du web ? Enjeux et conseils pratiques

Exemple de la collecte Alsatiques

Catherine Soulé-Sandic (Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg)

Salles de lecture – Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg

 

La Bnu participe à deux types de collectes ciblées : la collecte courante Alsatiques et certaines collectes projets en particulier Élections.

La Bnu fut la première à créer une collecte régionale en 2013. Cette collecte s’est construite à partir d’un plan de classement inspiré par les collections de la Bnu. En 2015, un accès aux Archives de l’internet a été installé à la Bnu.

Depuis 2014, la Bnu participe à des collectes ciblées : une première sur la Grande Guerre, et toutes les collectes liées aux scrutins électoraux. Aujourd’hui, la collecte régionale Alsatiques représente 354 sites dont 271 sont actifs, répartis dans 14 thèmes qui vont de l’actualité à l’enseignement supérieur en passant par la santé, la culture, l’économie.

Pourquoi la Bnu s’est sentie investie dans cette mission ?

La Bnu est une BDLI depuis 1926 et le dépôt légal de l’internet constituait une complémentarité des supports logique, une évolution logique. La Bnu est très attachée à la notion d’Alsatiques  qui existe depuis le 19ème siècle et qui s’est concrétisée via des bibliographies régionales. L’Alsace dispose d’une identité régionale forte. La réforme des régions (intégration à la région Grand-Est) et la naissance de la collectivité européenne d’Alsace en 2021 sont des événements récents qui ont modifié son organisation, il était important d’en rendre compte par une politique volontariste de valorisation et de signalement de la documentation nativement numérique.

Quelle politique documentaire ?

La politique de sélection de sites se base beaucoup sur les politiques d’acquisition traditionnelles très orientées Sciences humaines et sociales puisque la Bnu est une bibliothèque de l’enseignement supérieur spécialisée en Lettres Sciences humaines et sociales avec l’idée de constituer des sources pour la recherche. La politique d’acquisition s’appuie sur une logique de complémentarité des supports, les collections du dépôt légal du web constituant ainsi une sorte de prolongement électronique des collections physiques. Mais ces collections se veulent aussi de plus en plus indépendantes parce que de plus en plus de contenus se trouvent sur internet sans équivalent en version papier. Il s’agit donc d’une politique de conservation pérenne de publications souvent éphémères. Pour la bibliothèque, cette prise de conscience est lente mais évidente.

Quelle organisation ?

Trois sélectionneuses issues de deux services (une du service Alsatiques et deux du service Documentation numérique qui a une mission sur la documentation nativement numérique). La répartition des thématiques se fait en fonction des centres d’intérêt de chacune. Elles travaillent en ateliers : tous les trimestres, une demi-journée voire une journée de travail est consacrée à la vérification, à la sélection et au traitement des sites de la collecte régionale. Les sessions sont plus rapprochées pour les collectes ponctuelles comme les collectes électorales par exemple.

Il y a un souhait de mettre des évolutions en œuvre avec les collègues qui s’occupent du dépôt légal imprimeur, en particulier ceux qui s’occupent des périodiques et des éphémères où on sent un fléchissement au niveau du dépôt par les imprimeurs et où l’information passe de plus en plus via internet.

Exemple de la collecte Montpellier-Languedoc-Roussillon

Eve Charras et Francisco Calderon (Médiathèques de Montpellier)

Poste de consultation des Archives de l’internet – Médiathèque Emile Zola à Montpellier

 

La bibliothèque a commencé à travailler sur le dépôt légal du web en 2012 à la demande du directeur de l’époque pour les élections législatives. En 2015, la collecte régionale Languedoc-Roussillon a été créée sur les thématiques suivantes :

  • actualité
  • administration locale
  • associations
  • culture
  • économie
  • enseignement supérieur
  • patrimoine historique et religieux
  • politique
  • religions
  • sports

318 sites font partie de la collecte, principalement des sites culturels (théâtre, cinéma), des sites en rapport avec le vin et le tourisme, des sites de journaux régionaux. Comme il est impossible de tout collecter, il faut cibler. Les départements de l’Hérault et du Gard sont les départements les mieux représentés par les collectes, suit les Pyrénées-Orientales. L’Aude et surtout la Lozère sont ceux que les sélectionneurs ont le moins fourni notamment dans le cadre des élections régionales et municipales. La raison de ce manque de représentation de sites internet est due probablement et notamment pour la Lozère, à une moins bonne couverture internet par les fournisseurs d’accès sur ces territoires. 

Exemple de la collecte Lorraine

Lucie Behr (Bibliothèques de Nancy)

Postes de consultation des Archives de l’internet – Bibliothèque Stanislas à Nancy

 

Les bibliothèques de Nancy participent aux collectes électorales et à la veille documentaire des sites lorrains dans le cadre de la collecte régionale Lorraine. Celle-ci prend deux axes :

– La collecte ciblée travaillée dans l’outil de sélection collaboratif BCweb consiste à estampiller des sites « Lorraine », à vérifier que des sites administratifs, institutionnels, avec une pertinence documentaire, sont bien présents dans la collecte large parce qu’on constate des manques. Environ 200 sites sont sélectionnés dans la collecte ciblée. Il y a néanmoins une limite puisque ce travail est invisible. En effet, il n’a aucune visibilité dans les Archives de l’internet. Ce manque de visibilité limitait la capacité des personnels de la bibliothèque à se mobiliser et à être actif dans la collecte ciblée. Une demande de la hiérarchie a porté sur la visibilité de ce travail dans ce réservoir que constituent les Archives de l’internet. 

– Dans un deuxième temps, après la collecte ciblée, un parcours guidé, qui est une proposition de valorisation dans les archives de l’internet en respectant la charte éditoriale de la BnF, a été réalisé. Ce travail a commencé avant le premier confinement avec une stagiaire de Master 2.  Sans la stagiaire, nous ne savons pas si nous aurions eu l’énergie de mobiliser tout le monde pour y aller. Le parcours a permis la valorisation de sites de la collecte ciblée déjà repérés. Il s’agissait d’enrichir cette collecte ciblée constituée de 200 sites en suivant une démarche plus documentaire et plus construite, en élaborant un plan de classement documentaire à visée régionale. L’objectif était de donner un portrait web de la région dans toutes ses dimensions, de questionner l’identité du territoire à la recherche de thématiques absentes de la collecte ciblée, de multiplier les points de vue mais toujours dans l’objectif de donner une photographie de l’ensemble du territoire dans le plus de thématiques possibles.  Nous nous sommes appuyés sur tous les collègues, même ceux qui n’étaient pas partie prenante du dépôt légal imprimeur, pour questionner l’identité du territoire en leur demandant quels étaient leurs sites fétiches lorrains, quelle était l’identité du territoire. Nous sommes partis de sites déjà repérés dans la collecte ciblée puis nous sommes allés chercher des sites pour illustrer les idées des collègues. Cela est parti dans tous les sens, avec beaucoup d’idées à vérifier. Il fallait également éviter le biais de valoriser tous les sites maison de notre institution, les sites de la bibliothèque. Des sites, blogs personnels, blogs de passionnés d’histoire glanés dans nos recherches ont été ajoutés au parcours. Ce travail prend du temps, il ne faut pas le minimiser.

L’enjeu était de rendre le travail de la BDLI visible, de participer en région à la valorisation des archives du web et d’avoir un outil de médiation ancré dans le territoire. Auparavant, nous n’arrivions pas à captiver le public lorsque nous présentions les Archives de l’internet aux journées du patrimoine. Mais cette année, le parcours lorrain a rencontré un accueil favorable lors des dernières journées du patrimoine.

L’enjeu politique est également fort car l’identité de notre BDLI est une identité attachée à une région historique loin de la grande région administrative du Grand Est. Cette identité est d’autant plus revendiquée qu’elle est noyée dans les nouvelles régions.

Enfin couvrir tous les départements a représenté un challenge puisque nous avons remarqué que certains départements étaient sous-représentés sur de nombreuses thématiques pour lesquels il a fallu chercher (ex : architecture de la Meuse).

Questions :

Anaïs Crinière-Boizet : Comment se manifeste la présence du territoire sur le web ? Y a-t-il des spécificités du web régional par rapport au web classique ?

Lucie Behr : Il y a des thématiques qui sont très inscrites dans le territoire : le cristal, le verre en Lorraine. Rechercher des sites commerciaux et des sites institutionnels, c’est une chose, mais rechercher les blogs de particuliers ramène une valeur ajoutée documentaire incroyable, des « pépites ».

Catherine Soulé-Sandic : Le web est le reflet des débats qui animent les régions, comme le grand débat autour du grand contournement Ouest, Fessenheim, les problèmes autour de l’environnement avec des applications particulières dans les régions. L’identité régionale, la langue, les expressions propres doivent être conservées.

Valérie Louison (Coordonnatrice scientifique en charge du réseau des BDLI, Mission Coopération régionale communication formation, Département de la Coopération, BnF) : Question pour la Bnu : vous avez démarré en 2013, avez-vous calculé le taux d’accroissement de votre collecte régionale depuis cette date?

Catherine Soulé-Sandic : Non. Un nouveau rythme a été adopté après la réorganisation de l’établissement et n’a véritablement commencé qu’en juin dernier avec une prise de connaissance de l’offre actuelle et des mises à jour liées aux évolutions institutionnelles de la collectivité européenne d’Alsace. Nous partons sur une base importante. Je ne connais pas précisément le taux d’accroissement. Il était d’environ 30 à 40 sites par an à l’époque de mon prédécesseur, Jérôme Schweitzer.

Valérie Louison : Avez-vous fait le lien entre la politique documentaire et votre politique de conservation étant donné la volatilité et le taux des dépôts qui fléchissent dans toutes les régions ? Comment cela s’inscrit-il dans votre politique documentaire ? Est-ce que le dépôt légal du web, comme le dépôt légal, tient ou va tenir une place déterminante dans votre politique documentaire ?

Catherine Soulé-Sandic : Elle va en prendre une, il faut maintenant que nous la formalisions. On a bien conscience qu’au niveau des éphémères (on s’en est particulièrement rendu compte au moment des élections), de plus en plus, l’information passe par les réseaux et internet. Participer à une collecte comme celle du scrutin du printemps de l’année dernière, cela participe à notre politique de conservation.

Francisco Calderon : Par rapport à la recherche dans les archives de l’Internet : pourquoi ne peut-on pas utiliser la recherche par mots-clés ? Seule la recherche par URL est possible ou il faut utiliser les parcours guidés ? Il serait intéressant de pouvoir faire une recherche par sujets pour toutes les collections. Si l’on ne connaît pas l’adresse web du site, comment fait-on pour accéder à une recherche ?

Anaïs Crinière-Boizet : Pour des raisons techniques et de ressources humaines, il n’y a pas possibilité de le faire actuellement étant donné les volumétries importantes que représentent les archives de l’internet dans leur totalité.

Anaïs Crinière-Boizet : Existe-t-il une rupture ou bien une continuité avec les missions classiques de constitution d’un fonds régional ou local en termes d’organisation du travail, de ressources humaines mais aussi de compétences et d’outils ? Est-ce que vous constatez des différences ou des points communs ?

Lucie Behr : Ce n’est pas du tout le même travail, et cela dépend aussi de la taille de la BDLI, de ses ressources humaines attachées au dépôt légal. Cela prend du temps. Le temps que l’on gagne du fait de l’appauvrissement de la collecte papier lié à la réforme du dépôt légal ne va pas être donné aux archives du web. C’est complexe.

Catherine Soulé-Sandic : On est dans une inversion du rapport déposant/BDLI, on n’est plus dans l’exhaustivité mais dans la représentativité. Ce sont deux choses différentes.

Valérie Louison : Les choses se sont inversées. C’est désormais à la bibliothèque d’être actrice de cette collecte et de cette sélection. Comment vous avez effectué la convergence ? Comment vous êtes-vous arrêtées pour décider quels sites cibler pour avoir la meilleure représentativité possible ? Avec la collecte du web, c’est vous qui sélectionnez et il n’y a pas de déposants, c’est vous qui faîtes cette démarche de sélection. Quels ont été vos critères de représentativité ?

Catherine Soulé-Sandic : C’est compliqué la représentativité, on essaye d’être le plus pertinent, mais ce n’est pas toujours évident. Nous proposons beaucoup de sites institutionnels. C’est davantage pour les expressions personnelles que la sélection est la plus compliquée à faire. Je n’ai pas de recette à vous livrer si ce n’est un examen attentif de sa région.

Parcours guidé Le web lorrain – Archives de l’internet

Lucie Behr : Avec l’expérience qu’on a pu avoir avec le parcours guidé construit à Nancy, on a senti que le travail de bibliothécaire reprenait du poids puisqu’on était dans la constitution d’un dossier documentaire avec des choix de bibliothécaire, des éliminations. Beaucoup plus que dans un ramassage sans tri. Il fallait trier, justifier chaque choix. Le travail de bibliothécaire a été mis en valeur par ce parcours guidé.

Christel Valières (Bibliothèque de Rouen ) : La Bibliothèque patrimoniale de Rouen envisage de faire un dépôt légal du web pour la Normandie. Cette mission nécessitant des moyens humains importants, nous avons pensé associer d’autres bibliothèques de la région (Le Havre, Caen). Pour monter ce projet, nous souhaiterions avoir un retour d’expérience de la part de structures ayant travaillées en équipe sur plusieurs sites. Est-ce obligatoirement des bibliothèques pôles associés et/ou d’autres bibliothèques de la région ? Comment se sont-elles organisées ?

Catherine Soulé-Sandic : Non, nous, on est restés en interne à la Bnu.

Lucie Behr : À Nancy, c’est pareil mais c’est vrai qu’on a, pour le parcours guidé, travaillé avec une stagiaire M2 avec un bagage universitaire et des capacités rédactionnelles conséquentes sans qui on n’est pas sûrs qu’on aurait réussi à aller jusqu’au bout. En temps de travail, c’est assez important. Après peut-être qu’on a sélectionné trop de sites et qu’on aurait dû écrémer davantage.

Catherine Soulé-Sandic : Par contre sur les collectes projet telles que les élections régionales, on a travaillé ensemble, disons qu’on a alimenté ensemble la collecte Grand-Est avec la BM de Nancy et un collègue de Reims. 

Anaïs Crinière-Boizet : Oui il y avait Châlons-en-Champagne, Nancy et Strasbourg pour la collecte Grand-Est. Au niveau de l’outil de sélection collaboratif BCweb, il est possible de faire une sélection entre plusieurs établissements. En revanche pour les collectes régionales, ce n’est pour le moment pas le cas. Une seule bibliothèque dispose de sa collecte. Mais ça peut être à inventer en fonction des contextes bien sûr.

 

2ème sujet : Comment valoriser une collecte régionale du web ? Perspectives de valorisation des Archives de l’internet

Présentation et démonstration du parcours guidé consacré au web lorrain

Lucie Behr (Bibliothèques de Nancy)

Le parcours consacré à la Lorraine sur le web s’est inscrit dans un plan de classement qui a été réfléchi lors d’une journée de travail à la BnF en 2019 avec la Bnu en partant de nos deux collectes ciblées effectuées par nos deux établissements pour les faire rentrer dans différentes rubriques : Géographie, Économie, Industrie, Savoir-faire, Patrimoine… Au début, la dimension du territoire était forte puisque présente pour chaque thème « Géographie du territoire », « Économie du territoire », etc. L’idée était de montrer que ce parcours s’inscrivait dans le territoire. La prise en main s’est faite comme pour un dossier documentaire avec des documents nativement numériques sur le web mais en conservant une démarche de bibliothécaire. Ce parcours a demandé une forte éditorialisation et imposait de s’inscrire dans le canevas BnF.

Mon conseil est d’aller voir tous les parcours guidés existants dans les Archives de l’internet avec une éditorialisation en cascade : une grosse introduction pour le parcours, une introduction à nouveau pour chacun des thèmes puis pour chacun des sites, une rédaction à faire ; avec, en plus au niveau de l’écriture, l’importance de bien pointer sur la page qui va être sélectionnée dans les archives : « Ce site introduit… », « Ce site a une grosse partie iconographique » ou « Ce site est très documenté par des cartes ». Il faut vraiment mettre l’accent sur ce qui va être montré.

Dans notre plan de classement, qui respecte celui qui avait été élaboré lors de cette journée de travail, on avait les sites mais ils n’étaient pas rangés. On aurait pu les ranger par ordre alphabétique, par territoire (département) mais cela n’a pas été retenu car cela aurait pointé du doigt le fait que certains territoires étaient sous-représentés sur le web. La lecture sur le web n’est pas la même que sur du papier et on ne voulait pas avoir les travers du papier c’est-à-dire reproduire un plan de classement papier sur quelque chose qui est uniquement numérique.

Site https://www.mirabelles-de-lorraine.fr/
capturé le 5 décembre 2019

 

Le parcours comporte 12 thèmes et 150 sites. Je souhaiterais évoquer la pertinence de quelques-uns des thèmes :

  • “Économie du territoire” et “Savoir-faire du territoire” (industrie, entreprises, artisanat qui valorisent le territoire). Dans “Économie du territoire”, nous sommes restés sur les entreprises qui participent au dynamisme et à la vitalité économique de la Lorraine. Pour les savoir-faire, nous sommes partis sur les techniques qui par leur antériorité sont déjà dans l’histoire patrimoniale du territoire et qui concourent à la notoriété du territoire dans son patrimoine (ex : émaux de Longwy, Daum, cristal de Baccarat).
  • Un autre thème qui a posé souci : la presse en ligne. Il fallait respecter les périmètres INA (sites de radio et de télévision)/BnF (tout le reste). Ainsi certains sites (radio Mélody, TV Mirabelle) n’ont pas pu être sélectionnés pour le parcours. Pour la presse quotidienne régionale : les trois principaux titres de presse, L’Est Républicain (Meurthe-et-Moselle et Meuse), le Républicain Lorrain (Moselle) et Vosges Matin (Vosges) ont été rachetés par le même groupe de presse quotidienne régionale et ont aujourd’hui sur le web une identité visuelle identique, idem en termes de rédaction. Pour leur permettre d’exister, nous avons utilisé des archives plus anciennes. Cela redonne une valeur à ces trois quotidiens qui actuellement sur le papier et sur le net sont quasiment identiques. Ce problème peut se rencontrer dans d’autres régions.
  • Le who’s who local. Ce thème devait présenter à l’origine les personnages illustres d’un territoire. Mais cela n’avait aucun intérêt de citer cent noms et cents sites. Nous avons donc essayé de trouver des sites avec une partie biographique et des sites qui permettaient de mettre en avant d’autres contenus comme celui des cartes postales de Bergeret. Il s’agissait parfois d’un choix par défaut car nous n’avons pas forcément trouvé autre chose. Nous avons préféré conservé ce thème.
  • Université et enseignement. Que mettre derrière ? Ce sujet était compliqué car il n’était pas toujours bien maîtrisé en interne. Nous avons abordé l’université par ses laboratoires de recherche, des laboratoires de recherche issus de l’université avec une reconnaissance au-delà du territoire.
  • Actualités et débats. Contrairement à Strasbourg qui avait beaucoup de sujets à mettre dans cette partie, la Lorraine en avait très peu. Nous nous sommes posé la question de l’enlever complètement. Un seul sujet était très présent sur le web : l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure. D’autres sujets transversaux existent mais sont peu présents sur le web, par exemple le doublement de l’autoroute A31, la halte TGV dans la campagne. D’autres sujets auraient pu être traités mais sans expression sur le web, nous n’avons pu les garder. Comme nous avions suffisamment de sites pour les pro et les anti, le thème est resté car il s’agit d’un débat sur le territoire qui est vraiment très vivant. Mais pour aller jusqu’au bout de cette intervention sur Bure, la bibliothèque a imprimé un document papier de ce travail de valorisation. Pour la partie sur Bure, le service juridique de la ville voulait l’enlever et il a fallu faire intervenir l’adjoint pour que cette partie reste dans la version papier de ce travail. Cela montre qu’il s’agit d’un sujet très sensible pour la région.
  • Les sociétés savantes : il ne s’agit pas de sites très avenants mais nous nous sommes rendu compte que c’était les vigies, les veilleurs et les rédacteurs de l’histoire spécifique d’un territoire et parfois d’un territoire extrêmement petit. Ne pas les mettre, cela aurait manqué.
Composition de différentes pages archivées par la BnF et sélectionnées dans le parcours guidé “Le web lorrain”

Quelques conseils :

  • Bien s’imprégner des parcours guidés accessibles dans les Archives de l’internet pour comprendre l’organisation éditoriale de chacun des parcours et le canevas rédactionnel. Comme nous nous sommes lancés un peu trop vite, il a fallu rectifier le tir.
  • Prendre en compte la proposition de classement car ce plan a été réfléchi pour que chaque région puisse se l’approprier. Prendre en compte cette proposition et s’en affranchir si on n’a pas envie de faire une rubrique. Choisir pour chaque site et au fur et à mesure des sélections le permalien qui va être présenté en regard. Avec le confinement, c’est un travail que j’ai beaucoup fait en télétravail donc je n’avais pas accès aux Archives de l’internet. Je travaillais à la maison, trois semaines après je pouvais retourner sur site pour vérifier et ça ne collait pas avec l’éditorialisation que j’avais faite. Travailler un site sélectionné, aller chercher le permalien pour illustrer votre propos. Vérifier que la capture est suffisamment bonne. Il nous est arrivé d’éditorialiser des pages qui n’avaient pas été collectées en profondeur. Il a fallu retourner dans BCweb (outil de sélection collaboratif), ajouter ces URL à la collecte mensuelle, changer la profondeur, attendre un mois, vérifier que ça avait bien marché. Cela a représenté une perte de temps liée effectivement aux situations particulières du Covid puisqu’on n’a pas toujours pu faire tout en même temps. Vérifier que la profondeur est la bonne par rapport à ce que vous voulez écrire, il faut le faire assez vite parce que quand vous devez tour vérifier pour 150 sites, c’est assez lourd.
  • Se limiter à un nombre de sites par thème.
  • Se limiter dans le temps et accepter de clore le dossier. Ça, j’avais vraiment envie d’en parler parce qu’en fait il y a toujours un collègue qui voudrait rajouter un site. À un moment il faut dire stop car on pourrait constamment l’alimenter. Et à un moment il faut s’arrêter car c’est un temps de relecture qui est énorme, un temps de contrôle énorme donc à un moment il faut savoir dire non.

Comment valoriser ce parcours ?

Le parcours guidé permet la valorisation du travail de veille sur le web effectué par la bibliothèque. Nous avons souhaité que tout le monde comprenne dans les Archives de l’internet que c’était bien Nancy qui avait travaillé, c’était très important pour ma hiérarchie. La page d’accueil des Archives de l’internet (aux couleurs de la Lorraine) est une bonne valorisation car on voit tout de suite que c’est le travail de la bibliothèque de Nancy.

Une valorisation a eu lieu au moment des Journées du patrimoine où nous avons pu tester le parcours avec les gens qui ont vraiment compris à quoi servent les Archives de l’internet, même si on pouvait déjà leur expliquer avant. Là, en ayant quelque chose qui résonne pour eux en rapport avec leur territoire, cela a eu une répercussion positive.

Une valorisation de ce parcours se fait lors des visites de groupes.

Un document papier reprenant le parcours guidé avec quelques captures pour lesquelles nous avons demandé des autorisations, Les Petits cahiers d’Épitomé, à destination des enseignants, permet de valoriser ce parcours. Au début nous avons envisagé  de recourir à l’exception pédagogique pour utiliser les vignettes mais le service juridique de la ville n’a pas accepté donc nous avons envoyé des mails pour avoir toutes les autorisations pour ces petites captures : 22 retours sur 25 demandes envoyées. Les Petits cahiers d’Épitomé est une version papier du carnet Hypothèses des bibliothèques de Nancy qui est publiée chaque année, à destination des enseignants. L’éditorial du dernier numéro a été réécrit par Juliette Lenoir, la directrice des bibliothèques de Nancy. Il a été tiré à 600 exemplaires à distribuer dans tous les établissements scolaires.

Les Cahiers d’Epitomè – Bibliothèques de Nancy

Une communication autour de ce parcours a été faite sur Twitter et Facebook. Un article a été publié sur le blog Épitomè, en même temps que les Journées européennes du patrimoine, afin d’expliquer la démarche.

La BnF a également valorisé le parcours en en publiant une version PDF ainsi qu’un diaporama sur son site. La mise en ligne du parcours a également été relayée sur les comptes Twitter de la BnF et du dépôt légal du web.

Consulter le PDF du parcours guidé

Consulter le diaporama du parcours guidé

Questions

Eve Charras : Quelles sont les contraintes qui font que l’on ne peut modifier les rubriques d’un parcours guidé régional dans leur terminologie ? Par rapport au temps que nous pouvons y consacrer nous envisagions un travail plus focalisé sur des thématiques assez précises. Celles des rubriques existantes ne représenteront pas forcément les sites que nous souhaitions collecter. Nous envisagions de partir sur un projet plus « léger » :  ne pas faire un panorama « complet » mais mettre en valeur certains thèmes qui nous paraissent importants pour notre région de par l’histoire ou de par leur développement aujourd’hui.

Lucie Behr : Au départ, c’est empirique. Nous avons travaillé sur ce que nous avions fait avec la Bnu pour voir si ce qui avait été fait avec la collecte ciblée pouvait rentrer dans un plan de classement. Après, c’est mon avis personnel, les thématiques choisies sont suffisamment génériques pour que chacun s’y retrouve, c’était l’intention de départ. Avez-vous des exemples ?

Eve Charras : Je pensais par exemple développer une thématique « écologie biodiversité » parce que ce sont des sujets qui prennent de l’importance à différents niveaux dans notre région. Si je regroupe la sélection de sites dans « laboratoires de recherche », c’est trop défini pour nous et donc trop restreint pour ce que cela devrait contenir. Il y a bien entendu des rubriques qu’il nous sera possible d’utiliser sans problème mais d’autres auront du mal à définir les contours des sites sélectionnés.

Lucie Behr : La rubrique « Actualités et débats » était un peu la rubrique, je vais pas dire « fourre-tout ». À Nancy, on avait les dialectes, on avait Bure, à Strasbourg il y avait le grand hamster et différents sujets comme Fessenheim. C’est les débats qui traversent un territoire et qui sont actifs sur un territoire donc on avait appelé ça « Actualités et débats ». Et je pense que vos débats écologiques pourraient peut-être rentrer dans ce thème.

Eve Charras : Pas forcément. Les sites contenus pourront être des associations protectrices d’un certain environnement très précis, par exemple les étangs de Bages qui sont dans l’Aude. Sur le thème de l’environnement et de l’écologie, de nombreux sites relèvent d’associations. Cela peut être aussi un site sur les Gorges de la Jonte dans les Cévennes qui protège les oiseaux, les rapaces, etc.

Lucie Behr : Les deux sites dont vous parlez, ça peut aller dans « Géographie » et dans l’éditorialisation que vous allez écrire, si j’ai bien compris, Anaïs tu me reprends, vous allez écrire votre parti pris. Et dans la partie « Géographie », votre parti pris ce sera l’écologie.

Eve Charras : La rubrique « Géographie » nous pensions l’utiliser pour une collecte de sites sur le tourisme qui est un élément majeur pour notre région. 

Anaïs Crinière-Boizet : Je pense qu’on pourra y réfléchir. Il s’agit là de thèmes qui avaient été définis à l’époque par deux bibliothèques pour essayer d’être les plus génériques possibles mais on pourra tout à fait s’en affranchir ou les réinventer. 

Ariane Bouchard (Médiathèque d’Orléans) : Combien de temps faut-il prévoir entre la sélection, la collecte et la rédaction du parcours guidé ?

Lucie Behr : C’est une question piège parce qu’il y a eu le Covid donc ça nous a quand même bien freinés. La stagiaire n’a pas pu être là sur toute la période et puis à la BnF, il y a eu beaucoup de changements dans l’équipe. Avec Anaïs on ne travaille ensemble que depuis le mois de janvier. Donc on a eu le Covid, la stagiaire qui n’a pas été au bout de son travail, ça c’est sûr, l’équipe à la BnF qui a changé en cours de route. On a démarré en février 2020 avant le premier confinement et on a fini en juin 2021. Donc ça nous a pris un an et demi mais on n’a pas eu un an et demi de travail quotidien. Ça a été assez lourd mais on est très content du résultat.

Ariane Bouchard : Si je peux préciser ma question, c’est parce que justement à un moment vous parliez de devoir recollecter certaines choses, parce que vous vous étiez rendus compte que la profondeur n’était pas adéquate. Donc je me dis qu’il faut sûrement prévoir, quand on commence ce travail, qu’il y a un temps de collecte incompressible. Et je ne sais pas à quelle fréquence vous collectiez, est-ce que c’était en mensuel ? Est-ce qu’il y avait des choses en hebdomadaire ? Des choses en annuel ? Quand vous avez fait cette sélection, est-ce que vous vous vous êtes dits : “ça faudra qu’on contrôle dans tant de mois et peut-être qu’il faudra qu’on recommence la collecte” ?

Lucie Behr : A un moment, oui, on a bien été obligés de le faire. Pour un des sites, je ne me souviens plus lequel, on a lancé deux fois la collecte. C’était une collecte au début annuelle, on a modifié la profondeur, on a mis mensuelle, deux fois de suite et puis après en fin de compte annuellement ça suffisait donc on est retourné sur annuel. Avoir la bonne profondeur et la bonne capture est un travail qui demande beaucoup de vérification.

Alexandre Faye (Responsable projets de recherche et action internationale au service du Dépôt légal numérique, BnF) : À l’inverse, on a eu des bonnes surprises puisqu’on a fait quelques suggestions dans le parcours notamment sur la rubrique Sports et effectivement on avait découvert des captures très anciennes de l’équipe de handball de Metz, les Dragonnes. Donc parfois via d’autres collectes notamment la collecte large, on peut avoir des contenus qui ne sont pas directement dans la collecte régionale mais qui vont alimenter le parcours guidé. Ça va dans les deux sens : parfois il faut compléter les collectes et d’autres fois en dehors de sa collecte on peut trouver des choses, notamment pour l’environnement, on a eu ces collectes sur les enjeux environnementaux avec des choses qui vont couvrir les différentes régions.

Anaïs Crinière-Boizet : Oui et ça vaut aussi pour les captures anciennes puisqu’on voulait donner une idée de la profondeur et de l’ancienneté des collections des archives de l’internet. Et pour certains sites, ils n’avaient été collectés que dans le cadre de la collecte large il y a presque dix ans. On a donc parfois dû recourir à des captures plus anciennes et de moins bonne qualité que celle qu’on aurait pu faire récemment.

Lucie Behr : On s’est rendus compte que  les captures de sites récents et dynamiques (avec un carrousel et des images qui défilent) étaient mal restituées dans les Archives de l’internet. On a donc préféré des captures plus anciennes de sites moins dynamiques, plus figés mais mieux collectés par le robot.

Pour avoir plus d’informations sur le dispositif de collecte régionale du web et ses possibilités de valorisation, envoyer un mail à anais.criniere-boizet@bnf.fr