Archives par mot-clé : digital

Promotion et circulation des littératures étrangères dans les archives du web.

Par Isabelle Le Pape et Laetitia Pascolini

Ce billet, qui reprend une intervention autour de la préservation des documents littéraires numériques lors du workshop After the digital revolution du 25-26 janvier 2018 à l’University of Loughborough de Londres, propose quelques pistes de réflexion sur la promotion et la diffusion des littératures étrangères dans les archives de l’internet français.

© Société française Shakespeare

Donner à voir toutes les littératures du monde : un défi

Dès 1999, la Bibliothèque nationale de France s’est engagée dans la préservation des publications numériques. Avec la loi sur le dépôt légal de l’internet de 2006, le cadre juridique lui permet de collecter de nombreux sites dans un esprit encyclopédique. Or l’idéal d’exhaustivité qui concerne les collections imprimées ne peut ici être satisfait et conduit plutôt à un souci de représentativité, notamment autour des littératures du monde entier. Le département Littérature et Art, qui collecte plus de 5000 sites dans les domaines de la littérature française, des langues et des littératures étrangères, de l’art et de l’histoire du livre ne peut rendre compte du foisonnement et de la totalité des sites consacrés aux littératures étrangères et à leur promotion. Néanmoins, une équipe de bibliothécaires veille à la sélection de sites représentatifs consacrés aux écrivains étrangers, aux festivals culturels étrangers en France et aux institutions (centres et institutions culturels, ministères, ambassades) lorsqu’ils proposent un chapitre culture. L’information, les connaissances, la production littéraire données sur les sites de festivals culturels étrangers peuvent être essentielles pour la complétude des collections papier, car les archives numériques permettent de conserver des traces de la venue d’auteurs étrangers en France et de leurs interventions et échanges auprès du public. Parmi cette centaine de sites sélectionnés, on trouve aussi des blogs fictionnels, des traces d’événements et des contenus rédactionnels élaborés par des associations autour d’écrivains d’hier et d’aujourd’hui mais aussi des archives de débats publics circulant sur le net. Ce sont les correspondants du dépôt légal du web qui assurent le suivi de ce champ du web relatif aux littératures étrangères tout en privilégiant la continuité avec les autres collections. Axée sur les ressources émergentes autour de blogs, de sites personnels et ne se limitant pas aux contenus académiques (sites universitaires, sites officiels et institutionnels), la sélection contribue à éclairer la manière dont sont diffusés les contenus littéraires de contrées variées et à garder les traces des informations contextuelles accompagnant les littératures en ligne, en-dehors de l’univers habituel du livre imprimé.


Au fil du temps, les archives conservées permettent de mesurer la prolifération de l’offre informationnelle autour des littératures d’aires géographiques diversifiées. L’intérêt d’accéder rétrospectivement à ces points de vue variés dans les archives du web donne la possibilité de mieux comprendre l’histoire littéraire contemporaine. Les chercheurs sont donc invités à explorer les sites de manière rétrospective afin de comprendre dans quelle mesure ils ont pu concourir au déploiement de la diversité littéraire et à la reconnaissance d’auteurs méconnus. Ils peuvent ainsi suivre l’évolution d’un site, retrouver des sites disparus en totalité ou en partie ou accéder à des données passagères qui ont pu figurer sur des blogs en accès libre. La consultation des archives de l’internet peut donc se faire pour les chercheurs titulaires d’une carte de recherche à la BnF ou à ce jour dans 17 des 26 bibliothèques de dépôt légal imprimeur partenaires du dépôt légal numérique en région.

©Shakespeare & Co

Usages et recherches dans les archives consacrées aux littératures étrangères

© Association française des amis de Fernando Pessoa

À travers la navigation dans les archives du web, il est donc possible de revenir sur des événements comme le Festival America consacré aux littératures américaines de Vincennes ou de retracer les activités d’associations consacrées aux auteurs étrangers durant ces dernières décennies (Fernando Pessoa, Jack London, J. R. R. Tolkien, Franz Kafka, Elfriede Jelinek, …). Émanant d’universités, d’ambassades, de centres culturels, de maisons d’éditions, de librairies, de critiques ou tout simplement de passionnés, la multiplicité de ces blogs et de ces sites offre une vision riche et variée des formes de littérature actuelles qui s’écrivent hors de nos frontières, à une période où les supports de médiation évoluent et où les pratiques de lecture sont en pleine révolution. Pour le chercheur comme pour le néophyte, l’accès à ces traces numériques autour des littératures d’aires culturelles et linguistiques variées donne un aperçu d’un champ nouveau à explorer : récits, actes de colloque, billets de blogs, comptes rendus et formes diverses d’écrits composent une myriade d’approches autour des littératures du monde. Que ce soit autour de spécialistes, d’associations, de laboratoires de recherche ou de passionnés, ces différents regards sont désormais des domaines d’investigation qu’il est nécessaire de prendre en compte, face à l’importance du net. Il ne s’agit plus de se limiter aux traditionnels vecteurs du fait littéraire, à savoir les institutions, les maisons d’édition, les librairies, les critiques et les modes de circulation classique des œuvres, mais aussi de prendre en compte les nouvelles modalités de médiation autour d’expériences littéraires moins institutionnelles et de rendre compte de l’activité d’auteurs vivants dans des pays où la censure les musèle. Autant il peut être difficile de quantifier les pratiques des cercles de lecture, autant les sites web et blogs laissent des traces qui permettent aux chercheurs de comprendre la dynamique des circulations. Avec les censures restrictives du web en Russie et en Chine, ou dans d’autres pays où la censure littéraire est forte, aller chercher les actions de médiation autour des voix dissidentes permet d’accéder à des textes et des archives qui contournent la censure. Pour la Chine, le pays qui a inventé le papier, il n’est pas sans ironie que la littérature la plus innovante s’écrive hors des livres. Grand nombre d’auteurs, étouffés par la censure et une industrie de l’édition très conservatrice, trouvent plus de liberté sur les réseaux. Dès la fin des années 90, des aspirants écrivains ont commencé à partager leur travail en ligne. L’écriture sur internet a permis à une myriade de voix de se faire entendre. Comme le souligne AMarie Petitjean et Violaine Houdart-Merot, « la littérature est devenue peu à peu, nativement numérique avec le web depuis 1992, dans ses pratiques comme dans ses supports, d’abord de manière confidentielle, dans les marges, et aujourd’hui de manière beaucoup plus répandue1

© Journées du livre russe

Faisant une belle part aux langues et littératures des Amériques, d’Europe balkanique, centrale et orientale, du Maghreb, du Proche et Moyen Orient, ainsi que de l’Afrique et de l’Asie, les archives du web répertoriées par le service des littératures du monde permettent aux chercheurs de découvrir de nouvelles pistes d’exploration autour des archives des littératures des diasporas et sur l’historiographie des littératures africaines, indiennes ou orientales… On y trouve également des sites relatifs aux échanges culturels, comme celui de l’Institut européen Est-Ouest ou les Journées du Livre Russe et des Littératures Russophones. En envisageant aujourd’hui de concert archives matérielles et traces numériques, il s’agit d’envisager la reviviscence des archives littéraires et leur circulation. Il reste donc aux chercheurs à procéder à un travail de localisation, de repérage, d’inventaire et d’analyse de ces nouveaux fonds d’archives numériques, que ces dernières soient textuelles, iconiques ou sonores. Tandis que certains chercheurs interrogent la spécificité et la place du média internet dans le développement des sociabilités littéraires2 , d’autres observent les usages de l’internet et les traces de médiation entre les acteurs du monde littéraire. Ceux qui questionnent la part grandissante des blogueurs littéraires, qui concurrencent les critiques professionnels et les réseaux traditionnels de promotion du livre, trouveront parmi la sélection des sites consacrés aux littératures étrangères, une variété dans les espaces d’échanges, dans les formes de conversations et dans les commentaires progressivement élaborés avec des outils de publication en ligne au sein de réseaux de plus en plus élargis.

© Revue numérique et poésie contemporaine turque

Pour les chercheurs désireux de s’interroger sur les marges des circuits classiques de réception des œuvres littéraires, il est donc indispensable d’effectuer des recherches sur ces traces et archives numériques multiformes qui donnent à voir et à lire des cultures littéraires d’une grande diversité. C’est le cas pour Mélanie Bourlet et Marie Lorin, chercheures qui questionnent le rapport entre internet et les littératures en langues africaines, orales et écrites, afin d’examiner « les stratégies actuelles d’édition numérique de textes littéraires en peul, sur des sites (en anglais et en français) conçus par des chercheurs, des universitaires3 …. ». Il est évident que les archives du web sont devenues, pour la communauté des chercheurs, une source de documents primaires au même titre que les productions écrites des précédentes décennies, car elles témoignent de réseaux de circulation autour des auteurs, des libraires, des centres culturels et des ambassades ainsi que d’autres acteurs du champ littéraire.

Réception et circulation des littératures du monde

Mais qu’en est-il des formes numériques de la critique et de la sociabilité littéraire ? Comment sont véhiculées l’image des auteurs étrangers et leurs stratégies de promotion ? Pour Sylvie Ducas, « le réseau structure l’écrivain et l’aide à construire son identité auctoriale dans la confrontation d’une pratique singulière (écrire) à celles, collectives, qui fondent toute appartenance culturelle au domaine de l’écrit et du livre. Or aujourd’hui, notamment à l’ère du web 2.0, l’évolution des supports et dispositifs de publication permet de rendre publics des écrits et des productions en dehors des instances éditoriales liées à l’imprimé4 . » En donnant accès à ces nouvelles formes de promotion de l’écrivain, les archives du web permettent aux chercheurs de revenir sur ces moments qui ont marqué l’émergence des nouveaux dispositifs de médiation littéraire : sites, blogs, formes de publication, communautés de fans, associations…, qui foisonnent et modifient une certaine idée de la littérature. De nombreux sociologues questionnent également les pratiques de « consommation littéraire », à travers l’étude de blogs, comme Jean-Michel Leveratto, qui s’attache à décrire l’acquisition des outils de l’expertise critique par les lecteurs amateurs autour du roman Disgrâce de l’écrivain J. M. Coetzee en interrogeant des sites francophones et anglophones : « Le dépouillement systématique des critiques de Disgrâce permet ainsi de vérifier la fréquence des commentaires dans lesquels le commentateur resitue le roman dans la production littéraire de Coetzee et formule des remarques sur la facture du roman5 ». Observons plus précisément un exemple de site, celui de l’écrivain autrichienne Elfriede Jelinek, qui a reçu le Prix Nobel de littérature en 2004. Priscilla Wind, spécialiste du théâtre contemporain germanophone, analyse le dispositif numérique autour de la figure de l’auteur, entre engagement politique et ironie, qui apparaît à la fois omniprésente et spectrale. Allant au-delà de la reconnaissance du milieu littéraire, son site internet forme un pôle important de captation de l’attention des internautes : « Le site web d’Elfriede Jelinek se compose surtout d’articles critiques sur divers sujets d’actualité ou alors des essais. S’agit-il pour autant d’un simple blog ? Formellement, www.elfriedejelinek.com s’apparente au blog par plusieurs aspects […] Entre journal de bord et journal intime, le contenu d’un billet, à la différence d’un simple texte papier, est souvent agrémenté d’hyperliens mais aussi d’éléments multimédias6 . »

De nombreux chercheurs travaillent sur les questions de médiation de la littérature, qui peuvent englober les discours sur la littérature et intégrer ce qui est publié sur le net. En consultant les archives du web, ils peuvent remonter aux origines de l’arrivée des outils du web 2.0, qui a fortement modifié l’organisation des pratiques d’écriture dans le domaine de l’Internet littéraire. ‪En effet, comme le notent Mariannig Le Béchec, Maxime Crépel et Dominique Boullier, « l’activité conversationnelle autour du livre imprimé s’amplifie avec le numérique et indique bien à quel point la vie du livre et le goût de la lecture sont appuyés sur des conversations, formes de circulation désormais équipées par le web7 … » ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Dans La littérature au laboratoire, Franco Moretti, témoigne de la manière dont la recherche évolue avec les techniques numériques : « c’est certain : la numérisation a bouleversé les archives de la littérature. Les gens comme moi ont longtemps travaillé sur quelques centaines de romans du XIXesiècle ; maintenant, nous travaillons sur plusieurs milliers d’entre eux ; demain, sur ces centaines de milliers. Cette nouvelle dimension a eu un impact majeur sur l’histoire littéraire, on le sait, mais aussi sur la méthodologie critique […] La nouvelle échelle modifie notre rapport à l’objet d’étude8 . » Pour Marie-Anne Paveau, qui enseigne les sciences du langage, « le web a forgé en effet une forme technologique de mémoire discursive en proposant des outils de collecte et de redocumentarisation comme les technomots (tags, hashtags, pseudos, et tout élément cliquable permettant d’assembler des énoncés). Cette « searchability » du web, que l’on peut traduire par investigabilité ou traçabilité, implique de penser la mémoire de manière dynamique, et de parler plutôt de mémorialisation9 . » Il reste que la manière de s’afficher dans les médias et les circuits numériques offre un champ d’investigation pour les chercheurs, avides de traces et de preuves des mises en ligne d’une littérature mondiale. Aux lecteurs de naviguer dans ces espaces dédiés aux commentaires, qu’ils émanent de professionnels, de pairs, d’experts ou d’amateurs.

Pour aller plus loin

Consulter les littératures étrangères à la BnF en salle G du Haut-de-Jardin

S’informer sur les littératures numériques à la BnF

Découvrir le projet de recherche Après la Révolution numérique : réunir archivistes et chercheurs autour de la préservation des documents numériques natifs afin de produire de nouveaux savoirs

Isabelle Le Pape est chargée de collections en anglais et littératures de langue anglaise au service Littératures du monde du département Littérature et art de la BnF

Laetitia PASCOLINI est responsable du laboratoire de français langue étrangère au service Littératures du monde du département Littérature et art de la BnF

  1. AMarie Petitjean, Violaine Houdart-Merot, Numérique et écriture littéraire, Mutations des pratiques, Paris : Hermann, 2015, p. 99. []
  2. Jean-Marc Leveratto, Mary Leontsini, Internet et la sociabilité littéraire, Paris, BPI, coll. Études et recherche, 2008. []
  3. « La littérature en peul sur internet : circulation, création, édition ». http://www.academia.edu/11315462/La_litté en_peul_sur_internet_circulation_créationédition []
  4. Sylvie Ducas, « L’écrivain contemporain en réseau web 2.0 : retour du refoulé auctorial ? », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 116, n°3, 2016, pp. 641-652. []
  5. Jean-Marc Leveratto, « Sociabilité littéraire et expertise ordinaire de la qualité. Une observation de la qualité. Une observation sociologique sur internet. » in L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, p. 197. []
  6. Priscilla Wind, « www.elfriedejelinek.com : entre parodie de site web et mission auctoriale », in L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, p.p. 119-120. []
  7. ‪Le Béchec, Mariannig ; Crépel, Maxime ; Boullier, Dominique, « Modes de circulation du livre sur les réseaux numériques‪‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬ », Études de communication 2014/2, n° 43, pp. 129-144. []
  8. Franco Moretti, « Trames, un nouvel objet pour l’étude de la littérature », in La littérature au laboratoire, sous la direction de Franco Moretti, Paris : Ithaque, 2016, p. 266. []
  9. Marie-Anne Paveau, L’analyse du discours numérique, dictionnaire des formes et des pratiques, Paris : Hermann, 2017, p. 255. []